Partager

Avec un comportement sain et efficace, c’est-à-dire, le lavage des mains au savon, les maladies diarrhéiques peuvent être réduites de 47 %.

Au Mali, les maladies diarrhéiques, toutes causes confondues, constituent la 3e cause de consultation après le paludisme et les infections respiratoires aiguës. Cette situation demeure préoccupante du fait que la morbidité et la mortalité restent élevées chez les enfants de 0 à 5 ans.

Des études menées en 2006 ont montré que moins de 12 % des mères et gardiennes d’enfants ont lavé les deux mains avec de l’eau et du savon au sortir des toilettes, 75 % des élèves qui se lavent les mains au sortir des toilettes n’utilisent pas le savon et 34 % des clients des restaurants ne se lavent pas les mains avant de manger. Or, se laver les mains avec du savon pourrait réduire l’incidence de la diarrhée de 47 %.

C’est pour faire en sorte que la pratique de lavage des mains au savon devienne un réflexe, une habitude de tous les jours afin de réduire le poids des maladies diarrhéiques sur la santé de la communauté que le ministère de la Santé, a organisé hier au Musée national la 1re Journée nationale de promotion du lavage des mains au savon. C’était sous la présidence du secrétaire général du ministère de la Santé, Daba Diawara.

La journée de sensibilisation vise à contribuer de manière spécifique à accroître le niveau de connaissance des populations, notamment les mères et gardiennes d’enfants sur l’hygiène des mains dans la prévention des maladies diarrhéiques, favoriser au sein des ménages et de l’ensemble des couches de la population, la prise de conscience sur l’importance du lavage des mains au savon.

De plus, elle vise à susciter la mobilisation de tous les acteurs concernés en l’occurrence les collectivités locales, les Asaco afin qu’ils s’engagent à promouvoir cette pratique. Autre objectif assigné : la participation effective et concrète des leaders d’opinion, des autorités politiques, des leaders communautaires et religieux tout en suscitant, chez les élèves, l’adoption de la pratique du lavage des mains au savon.

Pour le secrétaire général du ministère de la Santé, se laver les mains au savon à des moments critiques comme au sortir des toilettes, avant de manger, après le nettoyage anal des bébés et avant de préparer à manger est une pratique simple, banale mais importante dans la prévention des maladies diarrhéiques.

« Tous nos efforts doivent tendre à faire observer cette pratique dans nos ménages, aux mères, aux gardiennes d’enfants qui ont en charge la protection des enfants qui constituent le groupe le plus vulnérable aux maladies diarrhéiques », a expliqué M. Diawara.

Il est établi depuis bien longtemps que les mains constituent des véhicules essentiels dans la transmission des maladies diarrhéiques du fait qu’elles sont facilement contaminées par les selles.

La représentante du maire de la Commune III et celle des partenaires techniques et financiers ont insisté sur la pérennisation d’une telle activité qu’elles ont jugée si noble pour la protection de la santé des populations.

Le Parlement des enfants, la Pouponnière et Bara Muso d’Ami Sow ont reçu respectivement chacun des mains du secrétaire général du département de la Santé, de la représentante de l’USAID et de la représentante du maire de la Commune III un dispositif de lave-main.

Une visite des stands a mis fin à la cérémonie.

Mohamed Daou

11 septembre 2007.