Partager

La nouvelle campagne agricole 2014/2015 à l’Office riz Ségou (ORS) verra la promotion des exploitations familiales et le développement des activités agricoles tournées vers le marché.

Hier jeudi à Ségou, s’est ouverte la 22e session ordinaire du conseil d’administration de l’Office riz Ségou. Contrairement à la 21e session de la structure tenue le 17 janvier 2013 dans un contexte difficile avec l’occupation des 2/3 du territoire national par des bandits armés, la présente se déroule dans un contexte socio politique sécuritaire favorable et apaisé marqué par le retour à la quiétude. Pour ce 22e rendez-vous des administrateurs de l’Office riz Ségou, il a été question du procès-verbal de la 21e session, des recommandations issues de cette session. D’autres documents comme le rapport d’activités 2013, le projet de budget 2014… étaient également soumis à l’appréciation des administrateurs.

Globalement, note le président du conseil d’administration, Seydou Coulibaly, représentant le ministre du Développement rural, le rapport d’activités de l’Office riz Ségou met en exergue que l’entreprise agricole a marqué des pas importants au cours de la campagne agricole 2013/2014. Sur une prévision de 144 700 tonnes attendues toutes céréales confondues, l’ORS a réalisé plus de 133 000 tonnes soit 78 %. Dans cette production, la part du riz est de 64 000 tonnes pour une prévision attendue de 75 000 tonnes. L’excédent céréalier dégagé est estimé à 21 210 tonnes. En dépit de ces résultats appréciables, l’initiateur de l’Initiative riz également président du conseil d’administration de l’ORS, n’a pas perdu sous silence les difficultés qui ont émaillé la campagne écoulée. Il en est ainsi des aléas climatiques, le manque des ressources financières, du personnel d’appui, du niveau élevé des arriérés de crédits agricoles au niveau des exploitants agricoles…

N’empêche, la 22e session ordinaire du conseil d’administration de l’Office riz Ségou a fixé le cap pour la nouvelle campagne agricole 2014/2015. Pour cette campagne, les perspectives parlent de 163 083 tonnes toutes céréales confondues de plus de 68 000 tonnes représentant la part du riz. L’autre enjeu porte sur l’aménagement en maîtrise totale de l’eau et la mise à disposition des exploitants agricoles de 500 hectares sur les 1271 hectares à Tienkonou. Dans le but d’apporter les changements techniques modernes et d’améliorer les revenus des producteurs, deux stratégies feront leur apparition. Il s’agit de la promotion des exploitations familiales et le développement des activités agricoles tournées vers le marché. Pour ce faire, le département du Développement par la voix de son représentant, entend jouer son rôle de catalyseur pour amorcer les changements espérés conformément à la politique du développement agricole adopté le 1er août 2013 et qui repose sur une agriculture durable, moderne et compétitive.

Le budget 2014 de l’Office riz Ségou es chiffré à 8 milliards de F CFA soit une augmentation de plus de 150 %. Cette augmentation, explique le DG de l’ORS, Babougou Traoré, trouve son fondement dans la mise en œuvre du projet d’appui au développement de Tienkonou (Pader-TKT) dont tous les dossiers ont été traités et les entreprises installées. A travers ce projet, il sera procédé l’aménagement en maîtrise totale de l’eau de 1271 hectares dans le casier de Tienkonou à 7 milliards de F CFA et à la construction d’un canal principal de 21 km évalué à un milliard de F CFA. Déjà, sur le terrain, 5 centres de santé communautaire ont été réalisés à Dioro et 10 autres hectares récupérés. Avec le Pader-TKT, le rendement passera de 2 tonnes à l’hectare à 6 tonnes. Toutes choses font dire au patron de l’ORS que le « Pader-TKT est une aubaine ». A entendre Babougou Traoré, le projet d’appui au développement de Tienkonou connaîtra sa vitesse de croisière à partir de cette année 2014.

Plateforme d’espoir pour mieux produire, pour un cadre de vie meilleur, pour des enfants instruits, éduqués et des adultes alphabétisés, l’ORS depuis 2010 encadre 234 villages de plus de 20 communes des cercles de Ségou et de Barouéli. Cette machine ou cette chaîne de développement a pris une autre dimension, une nouvelle figure en 2010 avec ‘élargissement de son domaine d’intervention dans les 11 communes de Barouéli. Cette nouvelle configuration révèle toute la confiance des autorités et l’importance que revêt l’Office riz Ségou dans les activités agricoles du Mali.

Mohamed Daou

(envoyé spécial)

Les Echos du 24 Janvier 2014