Partager

Pour améliorer la productivité agricole et assurer une sécurité alimentaire dans notre pays, il faut de l’engrais de qualité, ont estimé des producteurs, ingénieurs agricoles et spécialistes des engrais réunis à Sikasso lundi dernier pour une journée de sensibilisation et d’information sur la qualité de l’engrais au Mali.

Organisée par la direction nationale de l’agriculture avec l’appui technique de l’IER et du projet Agra-SHP (Alliance pour la révolution verte en Afrique) la rencontre, qui se situe dans le cadre du développement d’un cadre juridique pour l’amélioration de la disponibilité de l’engrais de qualité au Mali, a vu la participation d’une soixantaine d’agents de services techniques ; d’organisations paysannes (OP) et du secteur privé des engrais.

L’utilisation de l’engrais de qualité constitue un puissant moyen d’amélioration de la fertilité des sols ainsi que leur productivité, a souligné le directeur régional de l’agriculture, Seydou Kéita à l’ouverture des travaux. Il a toutefois déploré le faible niveau d’utilisation de l’engrais de qualité dans notre pays.

La délégation nationale représentée à cette journée était composée d’experts qui ont exposé sur des thèmes relatifs à l’inspection et à l’analyse des engrais. Ils ont en outre sensibilisé sur les actes juridiques pris par notre pays et leur application surtout au cours de la campagne agricole qui vient de démarrer.

Dr. Mama Koné chercheur à l’Institut d’économie rurale (IER), a souligné que l’harmonisation des cadres législatifs nationaux pour le renforcement du contrôle de la qualité des engrais commercialisés est d’autant légitime qu’il n’est pas acceptable qu’il y ait des déficiences dans la qualité des produits distribués. Et de préciser que le contrôle prend en compte la qualité et l’adaptation des sols afin d’assurer les producteurs sur une bonne rentabilité.

Il a exhorté les producteurs et représentants des services techniques à s’impliquer activement en vue de définir des modalités et procédures en matière de l’inspection et analyse qui tiennent compte des réalités de notre pays.

Selon Hamidou Coulibaly, chargé du contrôle de la qualité de l’engrais au département de l’Agriculture, l’engrais de qualité est indispensable pour relever le défi de la souveraineté alimentaire au Mali, promouvoir le développement durable et la construction de marchés forts.

D’où « la nécessité », dira-t-il, de contrôler la qualité de l’engrais ; il doit se faire avant la distribution, car le producteur a le besoin de savoir si son engrais est périmé ou pas avant l’utilisation. C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, « il faut indiquer sur l’étiquette la durée de validité du produit ». La qualité de l’emballage doit également être vérifiée.

Les producteurs et les organisations paysannes à la fin de la journée ont invité le gouvernement et le Comité national des engrais (CNE) à jouer leur rôle dans l’application des textes juridiques quant à la qualité de l’engrais et d’autres intrants agricoles commercialisés dans notre pays.

B. Y. Cissé

(correspondant régional)

13 Juin 2013