Partager

Les superficies semées ou repiquées en riz au 10 juillet 2013 sont nettement inférieures à celles de la campagne précédente

Le bulletin hebdomadaire sur les activités de la campagne agricole s’inscrit dans le cadre de la diffusion régulière de l’information agricole à tous les niveaux et particulièrement au niveau de la prise de décision de l’État. En effet, ce système d’information opérationnel depuis la campagne 2009-2010, est constitué des données agricoles pour l’ensemble des structures impliquées dans le suivi de la campagne agricole, notamment les Offices, la CMDT et les Directions régionales de l’agriculture (DRA). Toutes ces structures font remonter les informations agricoles de la base au niveau national ; où elles sont traitées, analysées et consignées dans le bulletin hebdomadaire.

Le rôle des agents d’appui conseil et de suivi est essentiel pour assurer la fiabilité et la remontée régulière des données. Ainsi, il ressort de ce bulletin que la période du 27 juin au 03 juillet 2013 a été marquée par la poursuite des activités de démarrage de la campagne agricole consécutive à l’installation progressive de la pluie dans les zones agricoles du pays. Dans le cadre de la subvention des engrais et de semences maïs, 365.467 exploitants dont 52.305 femmes ont été recensés. Les opérations de recensement des producteurs se poursuivent. Les quantités d’intrants en stock permettent aux producteurs de démarrer la campagne agricole sans difficulté majeure.

Les réalisations enregistrées en riz en termes de semis/repiquage sont de 35.322 hectares (4%) contre 60459 hectares (6,7%) en 2012-2013. Les réalisations en céréales sèches (maïs, mil, sorgho, fonio) sont de 538.545 hectares contre 928.413 hectares en 2012/2013 pour la même période. Les travaux de préparation des lits de semis, le transport du fumier, l’approvisionnement des différentes zones agricoles en engrais, l’achat des semences et les semis se poursuivent normalement. La situation phytosanitaire est relativement calme dans toutes les régions. Par ailleurs, les quantités de pluies recueillies ont été déficitaires en général, excepté la région de Sikasso et les localités de Yélimané, Bafoulabé, Kati, Niono et Tominian, où elles ont été normales à excédentaires.

La situation hydrologique a été marquée par la baisse des niveaux sur tous les cours d’eau, à l’exception du Niger à Bamako, Koulikoro, Diré et Gao et du Baoulé à Bougouni. Le déstockage des retenues d’eau de Sélingué et Manantali se poursuit. En fin juin, la situation des stocks d’engrais et de semences signalée est de 22.967,09 tonnes d’engrais minéraux et 742,085 tonnes de semences.

Les besoins globaux en engrais sont estimés à 341.319 tonnes dont 324.549 tonnes d’engrais minéraux et 16.770 tonnes d’engrais organiques. Les engrais minéraux se décomposent en DAP soit 30.894 tonnes, en complexe coton soit 77.000 tonnes, en complexe céréales soit 68.314 tonnes, en Urée soit 148.341 tonnes. Comme prévu dans le plan de campagne agricole 2013-2014, une quantité de 300 tonnes de semences de maïs hybride sera subventionné à 1500Fcfa/Kg.

Les quantités d’engrais placées étaient de 178.166 tonnes soit 66% contre 21.859 tonnes soit 8% la campagne écoulée pour la même période. Toutefois, les données de la CMDT n’étaient pas disponibles avant la publication de ce bulletin. Les opérations de placement d’engrais auprès des producteurs se poursuivent.

CALME. Globalement, les réalisations en riz en termes de semis/repiquage sont faibles, mais ne sont pas inquiétantes au regard du calendrier agricole des zones rizicoles qui s’étend jusqu’en fin juillet, voire début août. Au total, 66.188 hectares sont semés ou/et repiqués, contre 154 135 ha pour la même période en 2012/2013. Les plus grandes réalisations sont enrégistrées au niveau du riz de submersion libre et de celui de bas fond avec un taux respectif de 17,35% et 7%. Les opérations se poursuivent normalement.

Les superficies semées ou repiquées en riz (tous systèmes de riziculture confondus) au 10 juillet 2013 sont nettement inférieures à celles de la campagne passée, à la même période. Ceci s’explique par l’installation tardive des pluies et de la crue dans le pays. Toutefois, le calendrier agricole offre encore l’opportunité de pouvoir réaliser les objectifs fixés. Les réalisations en céréales sèches sont de 1.462.156 hectares, soit 42,8% contre 2.558.642 hectares soit 57,93% en 2012-2013, à la même période. Elles sont donc inférieures à celles de l’année passée. Les taux de réalisation les plus élevés sont enregistrés au niveau du fonio (62%), mil (33%) et sorgho (31%).

Les opérations d’ensemencement se poursuivent à travers tout le pays. Les superficies réalisées en niébé sont de 22.254 hectares contre 75.387 hectares en 2012/2013, à la même période. En culture pure de niébé, les réalisations sont de 2.455 hectares contre 5.535 hectares en 2012/2013. Les opérations d’ensemencement devront se poursuivre jusqu’en fin juillet.

Les réalisations en coton sont de 456.291 hectares, soit 87% contre 526.935 hectares, soit 96,7 % pour la même période en 2012-2013. Les niveaux de réalisations en arachide, voandzou (tiganikourou), sésame et soja sont respectivement de 13%, 15%, 0,4% et 24% contre 35%, 30%, 7% et 50%. Ils sont faibles dans l’ensemble par rapport à ceux de la campagne écoulée, à cause de l’insuffisance de pluies enregistrées en mai et juin dans les différentes zones agricoles. Dans l’ensemble, les niveaux de réalisations des cultures sont inférieurs à ceux de l’année dernière.

La situation phytosanitaire est restée relativement calme dans toutes les régions. Toutefois, il a été observé des manifestations de chenilles (Numphula) et de mouches (Diopsis) dans les pépinières de riz à Molodo en zone Office du Niger avec des dégâts légers. Il a été prospecté 40 hectares sur lesquels 15 sont infestés.

Des rongeurs (Arvicanthis nilotica et Mastomys sp) sont signalés dans les champs de riz de contre saison en zone Office du Niger (Niono et N’Débougou) avec des dégâts légers. Les prospections ont porté sur 350 hectares sur lesquels 90 sont infestés. La situation du criquet pèlerin a été caractérisée par une accalmie généralisée. Aucune signalisation n’a été enregistrée durant la décade.

S. Y. WAGUÉ

Essor du 24 Juillet 2013