Partager

Le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Cheick Sidiya Diaby, a présidé mardi dans la salle de conférence de la direction nationale de l’agriculture (DNA) une rencontre de concertation sur la mise en œuvre du plan de campagne agricole 2012-2013.

jpg_une-743.jpgC’était en présence du directeur national de l’agriculture, Daniel Siméon Kéléma, et de ses directeurs régionaux. Le directeur national de l’agriculture a confirmé les dispositions prises par le gouvernement pour soutenir les paysans en fixant le prix du kilogramme du coton-graine à 255 Fcfa et en subventionnant la semence de maïs hybride à hauteur de 50%.

En outre, l’Etat a débloqué plus d’un milliard de Fcfa pour accroitre la production dans 160 communes déficitaires. A cela, il faut ajouter le recrutement de 150 nouveaux jeunes pour l’encadrement des paysans. « Nous ne pouvons dire aux paysans de faire la semence pendant une période précisée, mais nous pouvons leur prodiguer des conseils », a indiqué le directeur national de l’agriculture. Pour cela, Daniel Siméon Kéléma conseille aux paysans de commencer à semer dès que la pluviométrie totalise 20 mm. D’ores et déjà, a-t-il annoncé, les paysans du Sud du pays ont commencé à semer le maïs et le coton.

L’hivernage 2011-2012, a rappelé, le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, a occasionné la perte de 12 % des superficies emblavées. De ce fait, un plan d’action d’urgence a été élaboré pour aider les producteurs affectés par la sécheresse en leur procurant des semences de riz et de céréales sèches. « Nous devons tout mettre en œuvre pour garantir la réussite de la campagne agricole 2012-2013 en termes de production agricole pour un pays dont l’économie repose essentiellement sur le secteur agricole », a expliqué Cheick Sidiya Diaby.

Il a, par conséquent, invité les participants à analyser avec soin les documents et à proposer des pistes d’amélioration en lien avec la réalité des changements climatiques qui depuis des décennies perturbent le calendrier agricole de notre pays. Le secrétaire général du ministère de l’Agriculture a souligné combien la disponibilité de la nourriture dans un pays comme le notre pouvait être un important facteur de paix et de cohésion sociale. La réussite de la campagne agricole 2012-2013 sera donc déterminante dans le maintien de la quiétude sociale dans notre pays.

Sidi Yaya Wagué

L’Essor du 16 mai 2012