Partager

Pour une prévision de 1. 618 323 tonnes de riz paddy, soit une hausse de 50% de production par rapport à la campagne 2007-2008, le bilan de l’Initiative riz se fixe à 1. 624 246 tonnes, soit un taux de réalisation de 100,36%. Autant dire que le président ATT et son Premier ministre Modibo Sidibé ont gagné leur pari pour l’Initiative Riz.

Considérée comme une réponse structurelle du gouvernement Modibo Sidibé, sous l’impulsion du président de la République, Amadou Toumani Touré, face à la crise alimentaire, l’Initiative Riz dont l’objectif était de produire 1. 618 323 tonnes de paddy, soit une hausse de 50% des productions par rapport à la campagne 2007-2008, a même dépassé les prévisions avec 1. 624 246 tonnes, soit un taux de réalisation de 100,36%. Cette information a été donnée par le ministre de l’Agriculture, Tiémoko Sangaré, au cours d’une conférence de presse, le jeudi 20 novembre à l’hôtel Salam sur le bilan de la campagne agricole 2008-2009.

Au regard du tableau qu’il a dressé, ce n’est pas seulement l’opération Initiative Riz qui a été un franc succès, d’autres céréales comme le mil, le sorgho ou encore le maïs ont également affiché des résultats positifs.

Avant de rentrer dans les détails, il est bon de faire un rappel des objectifs de la campagne 2008-2009. Ainsi, dans le cadre de la mise en œuvre du plan de campagne, un accent particulier a été mis sur la production céréalière, notamment le riz avec le lancement d’une opération dénommée « Initiative Riz ».

L’objectif global de la campagne 2008-2009 portait sur 4. 685 095 millions de tonnes pour la production céréalière ainsi reparties ce qui suit : 1. 618 323 tonnes de riz paddy, soit une hausse de 50% de production par rapport à la campagne 2007-2008, 859 000 tonnes pour le maïs, 1. 183.000 tonnes pour le mil, 1000 000 tonnes pour le sorgho, 30 705 tonnes pour le fonio et 13 000 tonnes pour le blé/orge.

Pour la production industrielle, 462 000 tonnes étaient prévues pour le coton, 350 000 tonnes pour la canne à sucre. S’agissant de la production des oléagineux et protéagineux, 348 000 tonnes étaient prévues pour l’arachide, 50 000 tonnes pour le tounesol et 165 tonnes pour le niébé. Quant aux tubercules, la production de pomme de terre était de 104 000 tonnes contre 424 000 tonnes pour les autres productions telles que le manioc, la patate et l’igname.

Le soutien indéfectible de l’Etat aux paysans

Malgré le démarrage difficile lié aux contraintes d’approvisionnement en engrais et à la hausse généralisée du prix des céréales, la campagne agricole 2008-2009 a connu un bilan satisfaisant et surtout l’opération Initiative Riz grâce, à l’appui décisif du gouvernement Modibo Sidibé qui a accordé une subvention aux producteurs de 60% sur les prix des semences pour un montant de 53. 352. 300 F CFA. Quant aux engrais, la quantité acquise pour l’opération Initiative Riz s’élève à 47. 832, 94 tonnes réparties entre 30. 422, 28 tonnes d’urée et 17. 410,66 tonnes d’engrais de fond.

Le tout pour une subvention s’élevant à 9. 694. 798. 000 de F CFA. L’Etat a également facilité l’acquisition et la fourniture à crédit des équipements aux organisations paysannes pour un coût total de 1. 125. 105. 584 F CFA. Ce n’est pas tout.

Le gouvernement a également investi pour l’acquisition d’équipements complémentaire à hauteur de 125. 850. 000 F CFA et l’achat d’un groupe électrogène pour la plaine de San-Ouest pour un montant de 112. 358. 100 F CFA. Ensuite, l’Etat a acheté 200 motos et a pris en charge leur fonctionnement pour un montant de 325 millions de F CFA.

A ses moyens déployés s’ajoute l’appui- conseil par la formation et le recrutement de 102 agents de base. Pour appuyer davantage l’opération, le gouvernement a débloqué encore 5 milliards de F CFA et mobilisé ses partenaires techniques et financiers autour du projet qui ont également mis la main à la poche.

Ainsi, le gouvernement canadien a déboursé 2,2 milliards de F CFA, le royaume des Pays Bas : 1, 311 milliards de FCFA, la Banque africaine de développement : 413. 018. 554 F CFA, le PNUD : 202 millions de F CFA, la FAO : 500 000 dollars US, le Danemark : 260 millions de F CFA et la Banque mondiale : 250 millions de F CFA. Du jamais vu sous un pouvoir au Mali, de l’indépendance en 1960 à nos jours.

Cette assistance du gouvernement a été un facteur de motivation des paysans qui se sont adonnés à cœur joie au labour, aidés, en cela, par la bonne pluviométrie. Ce qui a fait dire au délégué général des paysans de l’Office du Niger, Abdoulaye Daou, « que même Dieu a adhéré à l’opération Initiative Riz ».

Cette volonté et cette détermination des autorités du pays auprès des braves paysans ont permis de minimiser les effets négatifs infligés à la campagne par des cas d’inondations occasionnant des pertes peu significatives de superficie.

Ainsi, ce sont seulement 5 926 hectares, toutes cultures confondues, soit moins de 1% des superficies totales emblavées, qui ont été touchées par les cas d’inondations. Concernant la situation phytosanitaire, elle est demeurée relativement calme et les dégâts causés par les sautériaux et autres oiseaux granivores sont également faibles.

Ainsi, au regard de tout cela, la production céréalière totale prévisionnelle de la campagne 2008-2009 est estimé à « 4 925 600 tonnes (qui se composent de 30% de mil, 33% de riz, 22% de sorgho, 14,5% de maïs, 0,8% de fonio et moins de 0,2% de blé) contre 3 885 477 tonnes obtenues lors de la campagne agricole 2007-2008, soit une hau-sse de 26,7% » a indiqué le ministre de l’Agriculture, Tiémoko Sangaré.

Cette production se répartit comme suit : sur une superficie de 1. 833. 563 ha, le rendement du mil à été 798 Kg/ha pour une production de 1. 263. 183 tonnes. Pour le sorgho, la superficie cultivée est 1. 016. 954 ha pour un rendement de 1. 045 Kg/ha et une production de 1. 063. 000 tonnes. La superficie cultivée en maïs est de 379. 404 ha avec un rendement de 1. 896 Kg/ha pour une production de 719. 296 tonnes.

S’agissant du riz suer lequel toutes les attentions étaient focalisées, la superficie cultivée est de 609. 583 ha avec un rendement de 2. 665Kg/ha pour une production de 1. 624. 246 tonnes. Quant au fonio, il a été cultivé sur une superficie de 69. 908 ha avec un rendement de 611 Kg/ha pour une production de 42. 714 tonnes.

Enfin, en ce qui concerne le blé/orge, il a été cultivé sur une superficie de 5 394 ha avec un rendement de 2. 441 Kg/ha pour une production de 13. 166 tonnes. Au total, ce sont 3. 914. 806 ha qui ont été cultivés pour une production de 4. 925. 605 tonnes. La synthèse des réalisations comparées aux objectifs de production se présente ainsi : pour une prévision de 1. 183. 273 tonnes de mil, ce sont 1. 463. 183 tonnes qui ont été réalisées, soit un taux de réalisation de 123,65%.

Pour ce qui est du sorgho, ce sont 1. 063. 000 tonnes qui ont été réalisées contre une prévision de 1. 000.007 tonnes, soit un taux de réalisation de 106, 29%. S’agissant du maïs, pour une prévision de 823. 181 tonnes, ce sont 719. 296 tonnes qui ont été réalisés, soit un taux de réalisation de 87,38%. Pour le riz ce sont 1. 624. 246 tonnes qui ont été réalisées sur une prévision de 1. 618. 323 tonnes, soit un taux de réalisation de 100,36%.

Sur une prévision de 13. 166 tonnes de blé, ce sont 13. 166 tonnes qui ont été réalisées, soit un taux de réalisation de 100%. Concernant le fonio, la prévision était de 37. 053 tonnes, cependant, ce sont 42. 714 tonnes qui ont été réalisées, soit un taux de réalisation de 115,27%. Ainsi, le total des prévisions se fixait à 4 675.000 tonnes et se sont 4. 925. 605 tonnes qui ont été réalisées, soit un taux de réalisation de 105,36%.


Un excédent brut de 117. 240 tonnes pour le riz

En conséquence, la production céréalière attendue dégage un excédent brut de 1. 154. 000 tonnes environ, toutes céréales confondues dont plus 117. 240 tonnes pour le riz, moins 107 740 tonnes pour le blé et plus 1. 144.600 tonnes pour les céréales sèches. En tenant compte des données prévisionnelles d’importations et d’exportations commerciales et des importations d’aides alimentaires au cours de la campagne, ce bilan prévoit un excédent net de 1. 389. 970 tonnes toutes céréales confondues, réparties comme suit : 259 190 tonnes de riz, 1. 130. 370 tonnes pour les céréales sèches et 410 tonnes de blé. Les disponibilités apparentes attendues par habitant sont estimées à 343,63 Kg par habitant et par an.

Faible production du coton

Pour cette campagne agricole, la production du coton a chuté. Sur une superficie de 196. 712 ha, la production a été de 190.000 tonnes pour un rendement de 966 Kg/ha contre 247. 584 tonnes pour la campagne 2007-2008.

Cette baise est liée, selon le ministre de l’Agriculture, Tiémoko San-garé, « aux coûts assez élevés des intrants notamment les engrais minéraux et au retard de paiement des producteurs« . Il a ajouté que « le faible niveau de production du coton nécessitera l’organisation d’une concertation autour de la gestion rationnelle de la graine du coton qui sera, au demeurant, très en dessous des besoins nationaux« .

En conclusion, le ministre de l’Agriculture,Tiémoko Sangaré, a rendu un vibrant hommage à la volonté du président de la République, Amadou Toumani Touré et à celle du Premier ministre, chef du gouvernement, Modibo Sidibé, qui ont lancé l’heureuse opération «Initiative riz» dont le résultat vient de rabattre le caquet aux oiseaux de mauvais augures qui estimaient que cette belle initiative n’était rien de moins qu’un catalogue d’intentions et de voeux pieux.


Alassane DIARRA

24 Novembre 2008