Partager

Dans son allocution, le secrétaire général a fait savoir que la campagne agricole 2006/2007 a démarré dans des conditions socio-économiques et organisationnelles meilleures par rapport à celle précédente qui a enrégistré une production de 3.136.592 tonnes de céréales. La campagne
s’est soldée par un bilan excédentaire de 79.440 tonnes. Ce qui permet de dire que la conjoncture alimentaire dans laquelle la nouvelle campagne a démarré est apaisée dans l’ensemble. La production agricole de la campagne
2006-2007 es susceptible d’assurer la sécurité alimentaire et alimenter le marché national et sous-régional dans un cadre de système de production respectueux de l’environnement.

Les activités du plan de campagne sont organisées autour des axes comme le développement des filières agricoles, la poursuite et le renforcement des investissements, la restauration et le maintien de la fertilité des sols, le
renforcement de l’appui conseil en direction des producteurs, la génération des technologies agricoles performantes et adaptées, la protection des cultures et récoles, la prise en compte des groupes vulnérables et des
malades du Sida.

En matière de protection des cultures et des récoltes, on a lutté contre le criquet pèlerin à travers la prospection de 200.000 ha dans les zones grégarigènes. On a traité également 10.000 ha et lutté contre les autres ravageurs en prospectant 306.350 ha et en traitant 50.000 ha environ. Les efforts du gouvernement, dans le domaine des amenagements hydro-agricoles, porteront sur la maîtrise de l’eau en réalisant 16.330 ha et en maîtrisant totalement 11.586 ha, la réalisation du « Programme petits barrages et
bas-fonds », entre autres.

Au plan de la recherche agricole, il sera procédé à la réalisation de 71 projets de recherche au total dont 31 en cultures irriguées, 12 en cultures pluviables, 16 en productions animales et 7 en productions forestières et
halieutiques.

A l’issue de toutes ces réalisations, à en croire le secrétaire général Fousseyni Mariko, il est attendu une production de 3.519.746 tonnes de céréales, sans oublier un excédent de 218.186 tonnes, soit une hausse de 3,6% par rapport à la campagne précédente. La production des autres cultures sont : 146.840 pour le niébé ; 104.866 pour la pomme de terre ; 653-860 pour la mangue ; 980 tonnes pour les dattes et 635.820 pour le coton. Un budget total de 395.596.360.922FCFA est nécessaire pour la mise en oeuvre du plan de campagne, a-t-il dit.
Après cet exposé, les journalistes ont posé des questions au secrétaire général du Ministère de l’Agriculture, au Directeur Général de l’IER, au Directeur de la CEEMA et tous les autres chefs de services présents.

Pour sa part, M. Fomba, Directeur du Centre d’Expérimentation et d’Enseignement du Machinisme Agricole de Samanko a guidé les journalistes pour visiter des batteuses à riz, des pulvériseurs, des remorqueurs,des
tracteurs et leurs accessoires. Tout au long de la visite, des techniciens se sont prêtés aux questions des journalistes qui se sont rendus compte que les remorques coûtent aux paysans entre 5 et 7 milliards de nos francs. Pour les modalités de paiement de ces sommes, c’est le feu vert du gouvernement qu’on attend.

Des améliorations ont également été portées au dispositif
d’approvisionnement des producteurs en intrants. Au plan législatif et institutionnel, l’élaboration de la loi d’Orientation Agricole (LOA) et son adoption prochaine par l’Assemblée Nationale, fournira les repères de mise en oeuvre. Ceci permettra d’améliorer durablement la compétitivité du secteur agricole malien.

L’exécution du programme « tracteurs » prévoit d’équiper des exploitations avec 395 tracteurs ; l’exécution d’un programme Vivre Contre Travail (VCT) et Vivre Contre Formation (VCF) ; la production de la fumure organique ; la
production de semences sélectionnées R1 ; la mise en place d’engrais minéraux ; la lutte contre les IST (Infections Sexuellement Transmissibles); l’installation de 382 jeunes à travers le programme « Emploi jeunes » ; la réalisation d’activités de communication…

La mécanisation agricole connaît un bon qualificatif et quantitatif avec la mise en oeuvre du contrat entre le Groupement des syndicats cotonniers et Vivriers du Mali (GSCVM) et la Société DTE-Mali, du contrat signé entre le
Gouvernement du Mali et la Société DTE-Mali ; du contrat signé entre le Gouvernement du Mali et la Société Indienne International Tractors Limited ; du contrat entre le Gouvernement du Mali et la société Indienne Angelique
Internationale. Le montant total des équipements placées s’élève à la somme 224.800.000 FCFA.

Les tracteurs et accessoires seront cédés aux producteurs individuels et associations de producteurs. Avec une motion particulière aux femmes, aux
jeunes, aux Maliens de l’extérieur, ainsi qu’aux GIE de jeunes ruraux et des conducteurs de tracteurs.
La première édition de la semaine de la Recherche Agricole du Mali s’est tenue du 5 au 9 juin 2006, sous la haute présidence de Son Excellence M.

Ousmane Issoufi Maïga. Dans son mot de la fin, le secrétaire Général Fousseyni Mariko a remercié la presse et l’ensemble de ses collaborateurs pour leur disponibilité.

Goudia KONATÉ

5 juillet 2006