Partager

La défaite de notre armée au Nord, face aux jihadistes et aux séparatistes du MNLA, a brusquement suscité un sentiment de patriotisme chez certains jeunes, qui se sont regroupés pour former une milice.

Ces jeunes viennent de partout au Mali. Ils se sont auto-organisés et suivent actuellement une formation militaire, dans la perspective de partir libérer nos régions du Nord. Cela, malgré la décision du Premier ministre de mettre fin à ce genre de groupes spontanés.

Conséquence, leur leader, Mahamadou Diouara a été enlevé à son domicile dans la nuit du vendredi 24 août dernier par des individus encagoulés, aux environs de 2 heures du matin. Pour l’instant, ses parents et amis n’ont aucune nouvelle de lui. Et c’est la peur dans son entourage.
Plusieurs informations circulent autour de la formation de cette milice armée. On susurre qu’elle serait soutenue par un homme politique tapi dans l’ombre. Mais cette information est battue en brèche ses membres, qui déclarent qu’ils ne sont soutenus par personne et que leur ambition est de déloger le MNLA, Ançar Eddine, le MUJAO et leurs autres alliés narcotrafiquants.

«Quel homme politique peut soutenir une milice armée? Il va le faire dans quel intérêt? Un homme politique, s’il a de l’argent, je pense qu’il va le conserver pour sa campagne, parce qu’il ne gagnera rien en soutenant une milice», a nous déclaré un habitué des mouvements armés. En tout, dans le camp des jeunes volontaires pour la libération du Nord, on ne comprend pas cette arrestation.

Face à cette situation, le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, avait déclaré que ceux qui veulent entrer dans l’armée doivent aller se faire recenser. Notre chef de gouvernement avait aussi affirmé que l’armée était ouverte à tous les fils du Mali, mais que la défense de l’intégrité territoriale était une mission régalienne de l’Etat. Donc que les milices ne sauraient se substituer à l’armée malienne.

Dans cette optique, il faut rappeler la bonne collaboration entre l’armée et les Forces patriotiques de résistance, qui sont en train de travailler de concert pour aller libérer le Nord. Leurs deux bases de Sévaré ont mis en place un cadre de concertation en ce sens.

Youssouf Diallo

22 Septembre du 30 Août 2012