Partager

L’Union des caisses mutuelles d’épargne et de crédit Jemeni a tenu, la semaine dernière, dans la salle de conférences de la Dette publique, les travaux de sa 9ème assemblée générale. Une rencontre qui, au-delà de son caractère réglementaire, a été l’occasion pour responsables et sociétaires d’échanger sur les acquis, les difficultés, les opportunités et les perspectives de l’institution de micro finance. Malgré certaines difficultés, l’exercice 2006 a été marqué par une augmentation des produits financiers du bilan total et surtout du résultat d’exploitation passé de -22 millions en 2005 à 165 millions de FCFA en 2006.

Les membres de l’Union des mutuelles d’épargne et de crédit Jemeni étaient venus très nombreux pour prendre part à cette 9ème assemblée générale dont l’ouverture était présidée par Abdoulaye Sidiki Touré représentant le ministre de la promotion des Investissements, des petites et moyennes entreprises.

Les responsables de l’institution, à commencer par le Directeur général, Ibrahima Kemo Traoré et le président du conseil d’administration, Dassé Mariko étaient très fiers de cette forte mobilisation et du retour de la rentabilité avec un résultat d’exercice positif.

Ainsi, dans son intervention, le président du conseil d’administration, a indiqué que l’année 2006 a été véritablement celle de la micro finance au Mali. Toute chose qui peut être justifiée par certains faits marquants, notamment la visite du président vénézuelien qui a décidé d’injecter 10 millions de dollars US à travers la BMS.

Au niveau de la caisse Jemeni, l’année écoulée a été caractérisée par des difficultés avec ses partenaires ouest africains de la BIMAO, le poids de plus en important du financement des écoles privées sur la trésorerie, les difficultés de formation des élus et celles liées au système d’information et de gestion et dans la mise en œuvre du nouveau produit, Jemeni pro.

Parallèlement à ces entraves, 2006 a vu la signature de nouvelles conventions de partenariat avec la BRS-Mali et Ecobank-Mali, le lancement de nouveaux services western union et l’ouverture de nouvelles agences. Ces efforts ont accru la confiance à l’institution qui a vu son sociétariat passé de 34 128 membres en 2005 à 42 676 en 2006, soit une progression de 25 %. Cette augmentation des adhérents s’est répercutée sur le total de dépôts qui a évolué de 3,6 milliards de FCFA en 2005 à 4,7 milliards en 2006 soit 29 % de progression.

La production de crédits a atteint 7,6 milliards de FCFA en 2006 avec 2,3 milliards de financements mobilisés auprès de partenaires financiers nationaux. Les fonds propres de l’institution sont passés de 521 millions en 2005 à 651 millions en 2006 soit 25 % de progression. Les produits financiers ont atteint 1,8 milliards en 2006 contre 993 millions l’exercice précèdent.

Le total bilan a évolué de 7,8 milliards de FCFA à 11,2 milliards en 2006 soit une variation de 3,42 milliards. Quant au résultat, il est passé de -22 millions en 2005 à 169,3 millions en 2006.

Malgré ces résultats fort encourageants, les responsables de Jemeni croient qu’il faut redoubler d’efforts et de vigilance en vue d’apporter un service financer de proximité au maximum de Maliens tout en préservant la pérennité.

Pour soutenir cette option, l’assemblée générale a examiné le nouveau plan d’affaire 2007 – 2011 devant permettre d’envisager l’avenir avec clairvoyance et sérénité.

En tout cas, le représentant du ministre s’est félicité de ces résultats qui prouvent le professionnalisme des responsables de Jemeni et qui est en parfaite harmonie avec la vision de rentabilité et de pérennisation prônées par le ministère de la promotion des investissements.

Youssouf CAMARA

04 juillet 2007.