Partager


Passer en revue les activités du projet « Quartiers du monde » sur la migration

La sixième édition du Cadre de concertation locale pour le développement de Sikoro, qui s’est déroulée le dimanche 6 juillet, à l’école du quartier, a permis de passer en revue les activités du projet « Quartiers du monde ». Dont l’objectif est de contribuer à la construction d’une gouvernance plus inclusive et participative dans les pays du Nord et du Sud où l’apport des jeunes est pris en compte dans l’élaboration des politiques publiques.

Comme disait l’autre, le développement d’une commune ou d’un quartier passe obligatoirement par la jeunesse. Le Cadre de concertation locale pour le développement de Sikoro est, aujourd’hui, une aubaine pour les différents acteurs de discuter afin de trouver des solutions idoines aux problèmes auxquels leur quartier est confronté.

Après la cinquième édition, tenue en avril 2008, c’était le tour de la sixième édition du Cadre de concertation locale pour le développement de Sikoro. C’est dans la cour de l’école de Sikoro que cette rencontre s’est déroulée en présence des associations impliquées dans le développement dudit quartier. Les notabilités et d’autres partenaires comme Enda-Tiers Monde Mali à travers le projet « Quartiers du monde » étaient également au rendez-vous.

Il s’agissait pour l’Association de Développement de Quartiers, à travers le Club des Amis de Mékin Sikoro, initiatrice de la rencontre, de passer en revue toutes les activités s’inscrivant dans le développement du quartier de Sikoro. Le compte tenu du dernier Cadre de concertation d’avril 2008 et les différentes missions sur l’espace vert du quartier a été fait aux participants.

Les perspectives de développement de Sikoro ont été aussi évoquées. Mais, ce qui a surtout attiré l’attention des organisateurs, c’est certainement le projet Quartiers du Monde. Raison pour laquelle, la présence de Awa Kayatao, facilitatrice du projet à Enda-Mali, était nécessaire.

Ce projet, faut-il le rappeler, est exécuté dans neuf villes : Barcelone et Palma (Espagne) Montreuil (France) Bogota (Colombie) Brésil, El Alto (Bolivie) Pikine (Sénégal) Salé (Maroc) et Bamako (Mali). Il est piloté à Bamako par Enda Tiers Monde /Mali et réalisé dans deux quartiers avec les associations de jeunes partenaires à Enda Tiers Mali.

Il s’agit de l’Association de développement de quartiers / Club des Amis de Mékin Sikoro et Danaya de Niamakoro. Ces deux équipes mènent les activités de recherche sur le phénomène de la migration.

Dans le rapport de la Recherche Action de l’équipe de Sikoro, il ressort que « la question de migration a été présentée tout au long du projet« . L’objectif de cette entité étant de relier la problématique de la migration à celle de la citoyenneté. Cela passe par la connaissance et compréhension des jeunes filles et garçons et d’habitants de Quartiers du monde, des mouvements migratoires. Il s’agit également d’élaborer des politiques de migration et de développement local et de conquérir le droit de « libre circulation avec dignité ».

Les avis des gens sur le phénomène de la migration sont partagés. Le chef du quartier de Sikoro, en tant qu’ancien immigré de la Côte d’Ivoire estime qu' »immigrer, c’est bien, mais cela doit se faire légalement« . Tandis que les Sarakolés pensent que c’est tout simplement une coutume. Les femmes de Sikoro estiment qu’il vaut mieux se débrouiller chez soi avec ce qu’on a au lieu d’aller à l’étranger.

Pour pallier à tous ces problèmes, Il faut que les jeunes soient informés et sensibilisés sur les risques de la migration clandestine. Créer des emplois au Mali et des opportunités au village afin de réduire l’exode des filles, orienter les filles migrantes en difficulté vers les structures spécialisées …

Voilà quelques recommandations formulées pour lutter contre la migration.


ABH

09 Juillet 2008