Partager

Plus d’une semaine après l’organisation des manifestations populaires, en lieu et place de l’habituel Forum des Peuples organisé en contre point du sommet du G8, les responsables de la Cad-Mali attendent le coup de fil de la Primature afin de pouvoir remettre une déclaration au Premier ministre Modibo Sidibé.

Comme initialement prévu, est-ce que la Coalition des alternatives africaines dette et développement (Cad-Mali) aura l’occasion d’être reçue par le Premier Ministre Modibo Sidibé, afin que ses responsables lui remettent copie de la déclaration qui a sanctionné les manifestations populaires, organisées le 27 juin 2010, pendant le Sommet 2010 du G8 et du G20 ?

En plus de deux conférences débats, sur les thèmes de la crise de l’école malienne et la privatisation des entreprises et sociétés d’État, la Cad-Mali avait organisé un grand meeting sur le thème de l’accaparement des terres en République du Mali.

Et c’est sous une pluie battante que les militants des associations et organisations membres de la Cad-Mali, ont enregistré une forte participation des militants de la Coordination nationale des organisations paysannes et de l’Union des associations et coordination d’associations pour la défense des droits des démunis (UACADDDD), pour participer au meeting.

Dans le programme, il était prévu que les responsables de la Cad-Mali, accompagnés par les responsables des autres organisations de la société civile qui ont participé aux manifestations populaires, allaient se rendre à la Primature, le 28 juin 2010, pour remettre une déclaration et la Pétition signée par certains citoyens maliens pour inviter les autorités à prendre à bras le corps les problèmes d’accaparement des terres.

Mais, pour des raisons de calendrier chargé, le Premier ministre Modibo Sidibé n’a pu les recevoir le lundi le 28 juin 2010. Et, les services de la Primature ont décidé de les informer, dans la semaine, d’une date propice à cette rencontre. Mais, voilà qu’une semaine est passée sans que la primature ne réagisse. Et, tout porte à croire que la Primature ne réagira pas de si tôt.

Le programme de travail du Premier ministre de la République du Mali est tellement chargé que ses services sont dans l’impossibilité de décrocher quelques minutes afin qu’il rencontre les acteurs de la société civile pour parler des problèmes aussi sérieux que la crise scolaire, les privatisations et les accaparements des terres.

Dix jours après la manifestation, est ce qu’on est en droit de douter de la volonté de la Primature à recevoir cette déclaration et cette pétition ? En tout cas, les militants de la Cad-Mali et tous les militants des associations et organisations qui ont participé aux manifestations populaires du 27 juin 2010 espèrent que la Primature du Mali pourra dégager quelques minutes pour écouter des citoyens maliens qui tiennent à lui faire entendre un autre son de la gestion de la République.

Assane Koné

06 Juillet 2010.