Partager

Nous ne nous lasserons jamais de le dire : le choix de cette date réside dans la convergence des idéaux de notre journal et de ceux de Cabral et de ses compagnons.

Le journal Les Echos a vu le jour pour lutter contre toutes les injustices, les brimades et les malversations. Contre toutes les dictatures, celles d’hier et d’aujourd’hui, pour la promotion des droits fondamentaux de l’Homme, pour un Mali solidaire, le journal Les Echos se bat.

Les monologues d’hier et d’aujourd’hui sont également dans notre mire. Le journal a vu le jour pour défendre les principes et les valeurs de la République, la démocratie et les idéaux fondateurs du 26 mars. Ce combat est contre des pratiques et des déviances, non contre des personnes. Il fonde le journal.

Pour ce combat, Jamana, au-delà du journal Les Echos, paiera le prix qu’il faut. Ni les menaces, ni les intimidations, les exclusions ou les chantages ne nous feront dévier ou renoncer à notre raison d’être. Car, pour paraphraser le sage Kocc Barma du Sénégal : « On nous tue, mais on ne nous fait pas nous renier ».


A. K.

16 mars 07