Partager

Des informations persistantes font état de la volonté du président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, de modifier le cabinet de l’Hémicycle. Mercredi dernier, des militants de l’Adema Pasj nous ont soutenu que des cadres de leur parti réclament divers postes du cabinet du parlement. Toute chose qui indique que l’opposition n’est plus en odeur de sainteté avec la majorité parlementaire.

Nos sources précisent que des cadres de l’Adema Pasj exerceraient une forte pression sur Dioncounda Traoré pour qu’il accélère les nominations. Ces intentions, qui s’étaient déjà manifestées dès la désignation du président de l’Assemblée nationale, avaient été étouffées par la volonté de certains cadres de l’Adéma de faire prévaloir le fait partisan. L’on se rappelle du déroulement de l’élection du président de l’Hémicycle qui avait poussé l’opposition à se ranger du côté de Dioncounda Traoré, dans un souci du respect des principes démocratiques.

Une vague de sympathie avait émergé au sein de la classe politique faisant front contre une volonté de faire prévaloir un consensus proche de Koulouba. De même, la nouvelle option des Abeilles de regrouper tous leurs anciens militants dans la Ruche avait fait prévaloir des soucis de rassemblement. Aujourd’hui, des velléités pressantes de bouter l’opposition du cabinet de l’Assemblée ressurgissent.

En fait, cela reste dans la logique affichée par le pouvoir de “casser” le RPM depuis l’annonce faite par feu Kadari Bamba d’inscrire les députés du Rassemblement pour le Mali dans l’opposition parlementaire. Les dernières élections législatives ont prouvé que cette intention n’était pas latente mais bien réelle. L’ex-parti majoritaire à l’Assemblée nationale s’en est tiré avec 11 députés dont un seul a été réélu.

Le charismatique Ibrahim Boubacar Keïta, ex-président du parlement, a dû batailler dur pour l’emporter au second tour face à un candidat indépendant, Moussa Mara. Aujourd’hui, il n’est pas étonnant que des pressions s’exercent sur Dioncounda Traoré pour remplacer les membres du RPM présents dans certains postes du cabinet de l’Assemblée nationale.

Des proches du parti du Tisserand affirment d’ailleurs que “ces pressions” sont faites dans l’intention de détourner la volonté du président de l’Hémicycle qui ne tient pas du tout à ce chamboulement, mais souhaiterait une bonne cohabitation entre la majorité et l’opposition.

Baba Dembélé

29 Février 2008.