Partager

Les membres du grin sont impatients de voir la tournure de cette bataille juridique qui se pointe à l’horizon. Selon eux, la loupe de SAM et Sylima ne s’est pas pointée sur n’importe qu’elle cible cette fois-ci. Il s’agit de deux éminents juristes du pays, Me Mohamed Ali Bathily et Me Kassoum Tapo. Les membres croient que l’expérience avérée de ces deux hommes dans le domaine du droit ne souffre d’aucune ambiguïté. Ils présagent à cet effet, une bataille juridique intéressante.

Pour rappel, le Syndicat autonome de la magistrature (SAM) et le Syndicat Libre de la magistrature (Sylima), ont déposé une plainte le lundi 3 mai 2021 contre Me Mohamed Ali Bathily, le père de Ras Bath, pour incitation de la population de Kéniéba à la rébellion contre l’institution judiciaire. A la même date, une autre plainte a été déposée contre Me Kassoum Tapo pour avoir attaqué le Procureur général près la Cour Suprême du Mali. Cependant, les membres estiment que la compréhension de la discipline juridique paraît souvent abrupte pour les non-initiés. Car, eux n’auraient pu imaginer un tel ressentiment entre juristes. Pour eux, leur culture les porte à prendre quelque recul par rapport à l’émotion qui domine souvent. Toutefois, connaissant bien les deux hommes, les membres parient qu’ils ne vont pas se laisser faire. A leurs yeux, les deux hommes donnent déjà l’image d’un homme à l’aise, qui n’a pas peur de la compétition et des défis.

Au grin, ils pensent tous que les récentes actions de SAM et Sylima démontrent que la règle de droit est omniprésente dans notre société, et régit chaque rapport social et économique. Ils estiment que le droit est une science certes, mais une science de la cité.

Ibrahima Ndiaye

Source: Mali Tribune