Partager


La session extraordinaire du conseil d’administration de l’Institut national de prévoyance sociale (INPS) jeudi 11 septembre 2008 était essentiellement consacrée à la revalorisation de 50 % des allocations familiales, qui sont passées de 1000 à 1500 F CFA par mois et par enfant.

Au cours de ses sessions précédentes, les administrateurs de l’INPS avaient fortement recommandé que les allocations familiales fassent l’objet de revalorisation. C’est chose faite depuis mercredi dernier, le conseil des ministres du 10 septembre 2008 ayant pris un décret dans ce sens.

Siaka Diakité, le président du conseil d’administration de l’INPS, secrétaire général de l’UNTM, dira que cette revalorisation est la réponse à une revendication de l’UNTM. Et de continuer que « cette augmentation est aujourd’hui possible parce que notre maison commune, l’INPS, se porte bien, très bien ».

Les allocations familiales constituent un complément de revenu pour les travailleurs dont les cotisations assises sur les salaires financent l’INPS. Selon le président du conseil d’administration, « la revalorisation des allocations familiales, qui contribuera à augmenter les revenus des travailleurs, se justifie amplement dans le contexte actuel marqué par la vie chère ».

Depuis quelques années des résultats d’exploitation forts appréciables ont permis à l’INPS de constituer toutes les réserves légales obligatoires dont le cumul dépasse la trentaine de milliards de F CFA. Ces résultats ont permis à l’Institut de procéder à trois revalorisations des pensions de retraites, une première en 2004, une seconde en 2006 et la dernière en 2008. Et aujourd’hui, la revalorisation des allocations familiales est un autre fruit de ces résultats.

Sidiki Doumbia

12 Septembre 2008