Partager

La Caisse nationale d’assurance du Mali (CANAM) a tenu un Conseil d’administration extraordinaire, la semaine dernière, pour plancher sur d’importants documents en vue de la bonne marche de la structure. Un pas très significatif.

Et pour cause! Lors de la 4ème session ordinaire du Conseil d’Administration, tenue le 1er décembre 2011, les administrateurs avaient recommandé à la Direction Générale l’élaboration d’un manuel de procédures. Selon le DG de la CANAM, Siaka Singaré, «le processus a été long, mais il était nécessaire de prendre le temps qu’il fallait pour approfondir certaines réflexions, obtenir l’avis des experts sur diverses questions et, surtout, impliquer les différents acteurs, à tous les niveaux, au sein de la structure».

Et le volumineux document vise une kyrielle d’objectifs: décrire l’organisation de la CANAM, fixer les tâches et les niveaux de responsabilités des différentes entités impliquées dans la mise en œuvre des procédures; fournir les instruments adaptés et formalisés pour la rédaction, la transmission, le contrôle et le traitement des documents; décrire les procédures et les opérations relatives au fonctionnement du système de gestion mis en place; permettre l’élaboration de situations fiables et sincères sur le point d’exécution du budget, des engagements financiers, des risques, des consommations et des coûts et assurer le contrôle périodique de l’ensemble des opérations d’immatriculation et de prestation.

Par ailleurs, le DG de la CANAM a rappelé que, à la demande de la Caisse, la Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES) a effectué une mission d’appui sur «la mise en place du système comptable et du service contrôle» du 7 au 11 mars 2011, et a formulé plusieurs recommandations pour pallier certaines insuffisances constatées, notamment le niveau de rattachement hiérarchique de l’Audit interne.

En effet, conformément aux normes internationales pour la pratique professionnelle de l’Audit interne de l’Institute of International Auditors (IIA), applicable depuis 2009, l’Audit interne ne doit subir aucune ingérence lors de la définition de son champ d’intervention, de la réalisation du travail et de la communication des résultats. La norme 110 prescrit que le responsable de l’Audit interne doit relever d’un niveau hiérarchique permettant aux auditeurs internes d’exercer en toute indépendance leurs responsabilités.

En outre, afin d’éviter un cumul de fonctions incompatibles pour l’Agent Comptable, l’élaboration et l’exécution du budget doivent relever des structures de l’Ordonnateur, afin d’éviter à l’Agent Comptable de cumuler les fonctions d’ordonnateur et de payeur. C’est pour pallier ces insuffisances qu’il a été proposé une relecture de la délibération N°0002/CA CANAM du 1er octobre 2010, fixant l’organisation des services de la CANAM.

Côté organigramme, on retiendra que la CANAM comprend désormais une Direction Générale, une Agence Comptable avec deux services, quatre services rattachés et cinq Directions Centrales. Chaque Direction Centrale comprend deux ou plusieurs services et chaque service est subdivisé en deux ou plusieurs divisions, soit un total de 18 services et de 39 divisions.

Il sied aussi de noter que le cadre organique, assorti des fiches de description de poste, détermine les profils par poste, la situation des effectifs et leur évolution. Il est établi pour une période de 2 ans (2013 2014). L’effectif total de la CANAM passera ainsi de 278 agents en 2013 à 320 agents en 2014, soit un écart de 42 agents.

Paul Mben

04 Juillet 2013