Partager

Pour maintenir cette cadence et renforcer le partenariat d’affaires, les professionnels du secteur sont tenus de satisfaire la réglementation de l’Union européenne en matière sanitaire et phytosanitaire (SPS) et les exigences commerciales des acheteurs.

Burkinabé et Maliens renforcent leurs capacités de maîtrise des risques sanitaires et phytosanitaires et du contrôle SPS dans la filière mangue. La session de formation qui a ouvert ses portes hier à Bamako servira aussi de rampe de lancement à un système national SPS au Burkina Faso et au Mali conforme aux dispositions du règlement CE 882/2004 dans la filière mangue.

Le respect par les deux pays de l’exigence de qualité dans le processus de production et de commercialisation des fruits et légumes sur le marché international est l’une des motivations de ce séminaire co-organisé par le Programme de compétitivité et de diversification de la filière agricole (PCDA) au Mali et le Projet d’appui aux filières agro-sylvo-pastorales (Pafasp) du Burkina.
Ils sont soutenus par leurs partenaires techniques et financiers de la Banque mondiale et du Coleacp, initiateurs de cette formation de deux jours.

La formation à laquelle prennent part des acteurs de la filière mangue du Burkina et du Mali, vise essentiellement à former une expertise en gestion de qualité des produits agricoles pour accompagner les entreprises d’exportation des fruits et légumes des deux pays.

Les exportations de fruits et légumes frais constituent une source de revenus importants pour le Mali et le Burkina Faso. Avec 4000 tonnes de fruits et légumes frais exportés en 2006 par le Mali et près de 3500 tonnes par le Burkina Faso vers l’Union européenne, le Vieux continent demeure le partenaire privilégié du secteur horticole malien et burkinabé.

Pour maintenir cette cadence et renforcer le partenariat d’affaires, les professionnels du secteur sont tenus de satisfaire la réglementation de l’Union européenne en matière sanitaire et phytosanitaire (SPS) et les exigences commerciales des acheteurs.

Une autre formation du genre est prévue la semaine prochaine. Il servira au renforcement de capacité d’un groupe d’experts pour l’élaboration d’un guide de bonnes pratiques dans la filière mangue au Burkina et au Mali.

Abdrahamane Dicko

07 Décembre 2007.