Partager

Deux personnes ont été blessées et des dizaines d’engins incendiés dans l’ouest du Burkina Faso lors du saccage d’une importante mine d’or par des opposants à l’expulsion d’orpailleurs exploitant les alentours, ont indiqué mercredi des responsables de la mine et des habitants.

Mardi matin, « des troubles occasionnés par des orpailleurs au sein de la société minière Houndé Gold Opération (HGO), dans la province du Tuy, ont fait d’importants dégâts matériels et entraîné une paralysie de la ville toute entière », a indiqué à l’AFP un travailleur de la mine, située à Houndé, sous couvert d’anonymat.

« Les manifestants ont pris d’assaut les installations de la mine (…) Plus d’une centaine de véhicules et d’engins lourds, appartenant à la mine et à des travailleurs ont été complètement incendiés par les manifestants », a-t-il ajouté.

Ce mouvement de colère fait suite à un ordre d’expulsion d’orpailleurs clandestins qui exerçaient aux alentours de la mine, selon lui.

Un responsable de la mine a confirmé l’incident, expliquant que « plusieurs centaines de manifestants ont pris d’assaut la mine et saccagé des bureaux, des engins et l’usine ». « Il y a des blessés légers. Les travaux ont été arrêtés et le point est en train d’être fait », a-t-il ajouté.

Plusieurs habitants de Houndé, contactés depuis Ouagadougou par l’AFP, ont indiqué que les manifestations ont entraîné une paralysie de la ville dont la mairie, le marché et des boutiques ont dû fermer. Mais le calme était revenu mercredi matin, selon eux.

En production depuis 2017, Hounde Gold corporations, filiale du groupe canadien Endeavour mining, emploie un millier de travailleurs.

Le groupe exploite également plusieurs autres mines au Burkina Faso.

Les incidents sont fréquents sur les sites aurifères burkinabè où les populations des localités abritant ces mines estiment que les retombées pour les communautés locales sont très faibles.

Avec environ 70 tonnes par an, et 17 mines industrielles, la production d’or est devenue en une douzaine d’années le premier produit d’exportation du Burkina Faso, devant le coton.

Le secteur artisanal, ou orpaillage, emploie 1,5 million de personnes et génère une production annuelle supplémentaire d’environ 10 tonnes d’or, selon le ministère des Mines.

En avril, le producteur d’or russe Norgold avait annoncé l’arrêt pour « raisons de sécurité » de Taparko, la principale mine privée du Burkina Faso, située dans le nord du pays en proie à des violences jihadistes meurtrières.

A la suite de ses voisins malien et nigérien, le Burkina Faso a été pris à partir 2015 dans une spirale de violences attribuées à des mouvements armés jihadistes affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique qui ont fait plus de 2.000 morts et 1,8 million de déplacés.

Source: AFP