Partager

Le déluge contre les rebelles retranchés au sein de l’ADEMA-PASJ continue à frapper dans la Ruche. Après l’exclusion de Soumeylou Boubèye Maïga, 1er vice-président du CE et d’une trentaine d’autres responsables et militants du parti, voilà que le Bureau National des Jeunes, lors d’une réunion tenue le vendredi dernier au siège du parti, vient d’exclure de cette structure Fakoroba Coulibaly, président du CE jeunesse et Mamadou Konré, 1er secrétaire à l’organisation dudit bureau .Que reproche-t-on à ces camarades jeunes exclus?

Pour rappel, toutes les déconvenues qui secouent le parti de l’Abeille solitaire aujourd’hui sont dus en partie, aux questions relatives à l’exclusion de Soumeylou Maïga du parti : Des questions entièrement vidées aujourd’hui comme en a décidé la 8e Conférence Nationale tenue les 24 et 25 février dernier.

Quant à Fakoroba Coulibaly, très connu pour son allégeance à Soumeylou Boubèye Maïga, il lui est surtout reproché certains manquements au code de conduite du parti. Entre autres faits reprochés à Fako, on peut citer sa lecture évasive de la communication de la Jeunesse lors de la 8e Conférence Nationale.

En effet, l’homme aurait volontairement omis de parler de certains points inclus dans le document, lesquels points ne faisaient pas la part belle à Soumeylou. Il ne fallait pas compter sur un Fakoroba Coulibaly pour les lire correctement. Car le président de la jeunesse Adéma est un protégé de Soumeylou.

Il aurait fallu que Sambala Sidibé, secrétaire Général du Bureau National de la Jeunesse intervienne pour redresser la barre . Sans quoi Fako avait failli saboter le document tout simplement pour amener les participants à la conférence nationale à douter de la véracité des faits reprochés à Soumeylou. Et comme le doute profite à l’accusé, la sanction d’exclusion qui planait pouvait ne pas être prononcée contre le désormais ex-premier vice-président du CE-Adéma et consorts.

A cela s’ajoute le fait que le désormais ex-président du Mouvement des jeunes ADEMA, depuis un certains temps, n’était plus solidaire ni aux décisions du Comité Exécutif du parti ni à celles du Bureau National des Jeunes. A titre illustratif, Fakoroba aurait pris la lourde responsabilité d’appeler les sections des jeunes du parti à ne pas renouveler les structures avant la fin des élections. Or une lettre circulaire était envoyée, il y a trois semaines, aux structures du parti en vue de leur renouvellement le plus tôt possible. Parce que le congrès des jeunes est proche.

Enfin, Fakoroba Coulibaly est épinglé pour son refus de soutenir les actions du parti par rapport au soutien à ATT.

Idem pour Mamadou Konaré qui, apparemment, est du même bord que Fakoroba Coulibaly. Le premier secrétaire à l’organisation du bureau national des jeunes Adéma milite en Commune III du district de Bamako où il est d’ailleurs élu conseiller municipal sous les couleurs de l’Adéma. Rappelons que Soumeylou est militant dans la même section.

Cependant, la décision d’exclure Fakoroba Coulibaly et Mamadou Konaré a été prise à l’unanimité des jeunes présents à la rencontre du vendredi dernier. A noter qu’à cette réunion du vendredi 2 mars dernier, les intéressés n’étaient pas présents. C’est pourquoi la sanction leur sera notifiée par écrit comme le voudraient les textes du parti. Une fois cette notification faite, le bureau national des jeunes se propose d’écrire au Comité Exécutif pour demander l’exclusion de Fakoroba Coulibaly et de Mamadou Konaré du parti.

Puisque la 8e conférence Nationale a donné mandat au Comité Exécutif d’exclure du parti tout responsable et tout militant dont le comportement et les actes posés sont contraires aux décisions prises par cette instance en ce qui concerne les élections générales de 2007, et de rendre compte à sa plus prochaine instance. Autant dire que le Bureau National Jeunes s’apprête à respecter cette volonté exprimée par le peuple Adéma lors de la conférence nationale dernière. Et le Comité Exécutif ne peut qu’entériner une telle décision s’il ne veut pas aller contre la 8e Conférence Nationale.

Dans tous les cas, Fakoroba Coulibaly serait donc emporté par son double jeu, car l’homme, jusqu’à ce jour, n’arrive pas à concevoir l’exclusion de son mentor, en la personne de Soumeylou Boubèye Maïga. Mais de l’autre côté, il donnait l’impression de devenir un pro-Marimantia Diarra, secrétaire général du CE-ADEMA, qui l’a extrait du chômage pour l’amener au ministère du Plan et de l’Aménagement du territoire comme chargé de missions.

Par ailleurs, cette décision des jeunes prouve à suffisance que ceux-ci ont fait preuve d’un grand courage en s’assumant en toute responsabilité, mais aussi, c’est la preuve qu’au sein de l’ADEMA-PASJ, on n’est plus prêt à cautionner les cas d’indiscipline au sein du parti. “Qui aime bien, châtie bien”, dit-on souvent ne serait-ce pour donner l’exemple. Une vision désormais partagée à l’ADEMA-PASJ et pour de bon.

D’autres têtes vont sûrement tomber mais quand? Attendons de voir !

Adama S. DIALLO

06 mars 2007.