Partager

L’expérience du Bureau du Vérificateur Générale a été plébiscitée par les participants.

L’information est diffusée depuis quelques jours par le site “http://www.icgfm.org” et le très célèbre David Nummy, l’un des modérateurs de la Conférence tenue par ICFGM, ce must de la gouvernance des ressources publiques qui tenait un forum à Miami en mai 2008.

Voici les termes élogieux du Dr Nummy . « De toutes les contributions, c’est celle de Sidi Sosso Diarra, Vérificateur Général du Mali qui conclut le mieux nos travaux. Il nous demande de nous concentrer sur nos capacités à apprendre les uns des autres, plutôt que sur nos différences… Soyons d’accord avec lui que la compétition des modèles ne sert pas la cause de la vérification, et qu’il faut choisir dans chaque modèle ce qu’il y a de mieux. »

De plus en plus de visibilité

Le Vérificateur Général du Mali s’était rendu en effet dans cette grande ville de la Floride, au printemps dernier, à l’instigation du partenaire canadien pour y donner devant plus d’une centaine d’institutions de divers horizons, une communication portant sur la comparaison des modèles français et anglo-saxons en matière de vérification financière. De cette communication disponible sur le net, et qui, vu le nombre de réactions signalées, a généré beaucoup d’intérêt, trois idées forces peuvent être retenues.

D’abord, les raisons qui ont poussé le Président de la République à créer le Bureau du Vérificateur Général, les missions et les activités réalisées par ce Bureau ainsi que ses contraintes. Ensuite, le positionnement du Bureau du Vérificateur Général dans le paysage du contrôle au Mali où existent déjà 9 inspections, le Contrôle Général des Services Publics, la Section des Comptes de la Cour Suprême.

Enfin, le débat Cour des Comptes façon française contre l’expérience anglo-saxonne, dont est issu le Bureau du Vérificateur Général du Mali. Sidi Sosso Diarra, à Miami comme dans d’autres forums, a estimé qu’il ne peut pas y avoir de chevauchement et de concurrences entre les structures de contrôle existantes ou à venir (la Cour des Comptes du Mali par exemple) si chacune d’entre elles fait normalement son travail, et rien que son travail.

Coopération et non rivalités

Il a ajouté que la certification des comptes qui sera la compétence distinctive de la Cour des Comptes que le Mali doit créer conformément aux directives de l’UEMOA, constitue à elle seule un chantier énorme et que le Vérificateur Général doit anticiper en animant la réflexion, les débats et les démarches pour permettre le contexte le plus approprié possible à la certification des comptes publics.

Dans ce sens, Sidi Sosso Diarra avait entamé auprès des autorités françaises des démarches qui se sont soldées par deux missions en 2007 et 2008 auprès du Secrétariat d’Etat chargé de l’Evaluation des Politiques Publiques et de la Prospective et auprès de la Direction Générale de la Comptabilité Publique.

Il reste, bien entendu à susciter autour de cette initiative l’intérêt des parties prenantes dont les services du Ministère des Finances, le Commissariat au Déve-loppement Institu-tionnel, et le Parlement national dans la mesure où celui-ci a joué un rôle-clé dans la réforme des comptes publics en France.

Le Bureau du Vérificateur Général qui jouit d’une belle cyber-notoriété, exerce un attrait évident à l’extérieur. Courant 2007 et 2008, plusieurs pays ont exprimé le désir de s’inspirer de son expérience. Dans ce sens, le Bureau a reçu deux visites de pays de la sous-région, et rendu deux visites, l’une dans la sous-région, l’autre en Afrique Centrale où il s’agit d’installer un Bureau de son genre.

En août dernier, dans le cadre d’un programme continental destiné à promouvoir et faire connaître les expériences de bonne gouvernance en Afrique, le Bureau du Vérificateur Général avait été choisi par Lead Africa, une organisation non gouvernementale basée à Dakar, et sur les conseils de la Banque Africaine de Développement.

Les Fondations Chissano et Moi Ibrahim sont les deux autres exemples retenus dans le cadre de ce programme. Impact attendu : la jeune expérience du Bureau du Vérificateur Général crée par ATT en 2004, dans la résistance quasi-générale, sera gravée sur CD-Rom et diffusée sur de nombreuses chaînes de télé en 2009. Le Vérificateur Général, apprend-on de bonne source, pourrait se rendre d’ailleurs dans les toutes prochaines semaines aux USA pour une séance de travail, entre autres, avec son homologue américain.

Adam Thiam

27 Novembre 2008