Partager

Djihadistes par ci, djihadistes par là ! Nous ne comprenons pas pourquoi de nombreux dirigeants et hommes de médias continuent à utiliser à tord et à travers ce mot d’origine arabe. Selon tous les milieux islamiques, le nom Djihad signifie : Guerre sainte menée pour propager l’islam. Donc, le Djihadiste est celui qui fait ce Djihad. Depuis le 17 janvier 2012, de grands bandits armés, de multiples nationalités dont celle du Mali, ont atrocement terrorisé des populations maliennes. A partir du 1er avril 2012, ces bandits ont occupé les 2/3 du territoire malien.

Ces ennemis de l’Islam, qui déshonorent les musulmans, ont abusé des populations du nord du Mali en pratiquant des viols, des vols, des flagellations, des amputations, des lapidations et toutes sortes d’animosités au vu et au su du monde entier. Quel islam ces voyous défendent et propagent ? L’islam n’était pas pratiqué au Mali avant l’arrivée de ces violeurs et voleurs ?

Grace à la puissance de feu de l’Armée française, accompagnée de celle du Mali, les populations du nord Mali sont maintenant presque totalement libérées des griffes meurtrières de ces bandits sans loi ni foi. Spécialisés dans la manipulation des opinions, ces sadiques, dans leur débandade, disent qu’ils sont des djihadistes agressés par les vaillants militaires français, maliens et africains.

Ces bandits armés sont-ils propagateurs de l’Islam prôné par le prophète Mohammed qui a toujours enseigné la tolérance ? Donc, chaque fois que vous qualifiez ces agresseurs de djihadistes, vous sabotez les efforts des français, maliens et africains qui les combattent. S.V.P. arrêtez de les appeler Djihadistes.

Le Mali est-il encore indivisible?

Même si nous vivons une situation de souffrance inédite dans notre grand Mali, nous devons rester dans la logique des faits. Il est clair que le Mali est déclaré : Un peuple, un but, une foi. C’est pourquoi il a été mentionné que ce pays de Modibo Keita est : Un et indivisible, dès les premières heures de son indépendance, le 22 septembre 1960.

Mais, nous sommes en 2013 et les réalités sont toutes autres. Avant l’occupation des régions nord du Mali par des bandits armés, d’avril 2012 à cette période de libération en cours, le mot indivisible sur le plan territorial et social était convenable. Aussi longtemps qu’on n’aura pas fini de récupérer le dernier centimètre carré des mains de nos envahisseurs, on doit admettre que le Mali est divisé. Quant on prend le mot indivisible dans son sens propre et figuré, il s’agit de ce qui ne peut et doit pas être divisé. Prenons le qualificatif : Invincible. C’est ce qu’on ne saurait vaincre. Dès qu’une personne, une équipe ou une nation aura été vaincue une seule fois, elle n’est plus invincible. Donc on ne peut plus prôner son invincibilité. Depuis le début de l’occupation de notre nord, des dirigeants qui n’ont pu empêcher la division territoriale du pays, ne cessent de dire : « Le Mali est indivisible ». Ils donnent l’image d’une personne qui, occupée à recoller son vitre, continu à dire que ce vitre est incassable.

Pire, le Mali est socialement divisé entre les pros et les antis coup d’État du 22 mars 2012 contre ATT. Pourtant, notre télévision nationale emportée par sa « passion du service public » a mis en onde une émission titrée : « Ensemble pour un Mali indivisible.

Nous devons Admettre humblement que notre Mali est socialement et territorialement divisé pour procéder à un solide recollage afin de lui éviter, une autre fois, ce genre de division.

La rédaction

Option du 22 Février 2013