Partager

22 ans après son éviction du pouvoir, à la suite de la tempête révolutionnaire du 26 mars 91, sous tendue d’une digne attitude de réserve à Markala dix ans durant et retiré depuis à Djicoroni, l’ancien grand patron de l’UDPM, le général à la retraite, Moussa Traoré, tranquillement, reprendrait – il les rênes d’un pouvoir piteusement arraché à ATT à moins de deux mois de son départ définitif ? Le contraire étonnerait au regard du développement que connaît depuis le 22 mars dernier, le jeu qui se déroule sur la scène politique malienne.

Ces partisans se retrouvent aujourd’hui à tous les niveaux de la hiérarchie du pouvoir et ne seraient plus loin de fédérer leur énergie pour la reconquête du pouvoir au nom du chef, de l’ainé, du mentor. Moussa Traoré, aujourd’hui, inamovible et incontournable.

Le Mouvement Patriotique pour le renouveau(MPR) soulagé de Choguel, l’UDD de Tièman Hubert Coulibaly, le RPDM du Premier Ministre Cheick Modibo Diarra et Care de Cheick Bougadary Traoré, le fils ainé du général Moussa Traoré, seraient sur le point de se regrouper en un seul et vaste mouvement politique dans la perspective de conquérir le pouvoir à l’occasion de la toute prochaine élection présidentielle. L’éviction du Dr Choguel Kokala Maiga ne surprendrait personne lorsqu’on connaît l’engagement politique de cet homme aux côtés de l’ancien président. Au four et au moulin dans la défense des idéaux de l’UDPM, le parti que le président Moussa Traoré avait lancé et qui a passablement résisté à la tempête du 26 mars, Choguel a surpris beaucoup d’analystes lorsqu’il s’est subitement retrouvé dans le camp du tombeur de son mentor, après une bonne dizaine d’années à l’opposition à alpha Oumar Konaré.

Fatigué et sérieusement malmené par le régime Konaré, Choguel a finalement jeté l’éponge en se rangeant dans le camp d’ATT, faisant de la tanière, un refuge méconnaissable d’un tigre aux abois. Dans son ralliement que d’aucuns finiront vite par assimiler à de l’alimentaire, Choguel dans le silence de la tanière ne tarda à se faire des ennemis qui attendaient juste le retour de l’ascenseur. C’est fait. Mais, Choguel le virevoltant et sympathique allié du président ATT comme par enchantement contrairement à ses anciens camarades se portera absent à tous les mouvements et protestations qui ont fusé après le coup d’état du 22 mars. Craindrait – il la colère du PM, beau –fils du mentor qu’il a abandonné au profit d’ATT ? En tout cas, il est depuis, abonné absent à tout.

Contrairement à Choguel, leader du MPR une excroissance de l’UDP M jusqu’au 22 mars dernier, Tièman Hubert Coulibaly, patron de l’UDD, l’autre excroissance du Tigre débout, ne serait pas mal vue et serait même partant pour le nouveau groupement politique. Bon fils et bon élève, Tièman est bon garçon, formé à l’école de son père, Moussa Balla Coulibaly, un grand Bamanan qui on s’imagine n’a pas renié Moussa Traoré.

Ces 4 partis politiques d’une façon ou d’une autre se retrouvent forcément autour de la natte du président Moussa Traoré, donc forcément alliés à Cheick Modibo Diarra. Mais, notre source ne dit pas si cette nouvelle alliance prépare le terrain pour le PM ou Tièman, ou Cheick Bougadary. Attendons donc.

Sory de Moti

La Nouvelle Patrie du 6 Novembre 2012