Partager

Le secrétaire général du Syndicat de la police nationale (SPN), Siméon Kéita, gardé à la prison de Souban à Koulikoro, soupçonné d’être l’un des instigateurs dans les derniers événements qui ont opposé des syndicalistes de la corporation, a passé de très mauvais moments ces derniers jours.

En effet, Siméon a reçu la visite d’un officier supérieur qui est venu lui faire remarquer toutes les bévues qu’il a commises à l’égard des policiers. Il lui a rappelé qu’il récolte les pots cassés des actes répréhensibles qu’il a posés contre des officiers supérieurs de police en les torturant, en pillant et en saccageant leurs maisons au lendemain de la mutinerie du 22 mars 2012. Il se tapait la poitrine d’être un des acteurs aux côtés de la junte. Siméon Kéita a religieusement écouté la sentence sans piper mot et s’est même précipité de se mettre au garde-à-vous pour dire au revoir à son supérieur.

Sur les dix ans d’ATT à la tête du Mali : Séméga prépare un bilan

Rentré courant mai au bercail pour être le candidat du parti des amis du président déchu (PDES) à la présidentielle de juillet, l’ancien ministre de l’Equipement et des Transports face à la fronde de certains militants et la candidature de Mme Haïdara Aïssata Cissé dite Chato, s’est désisté. Il est retourné à Dakar au Sénégal où il se trouve en exil ainsi que son mentor depuis les événements de mars 2012.

Le projet ayant capoté, le PDES qui doit scruter d’autres horizons, a décidé de ne plus présenter de candidat pour les consultations présidentielles de 2013. N’empêche que Séméga a d’autres initiatives. Selon certaines indiscrétions, « l’ATT Boy » en chef s’apprêterait à rentrer à Bamako pour dit-on, faire le bilan de son mentor déchu. « Nous assumons sans complexe le bilan de la gestion consensuelle du pays pendant ces dernières années« , fulmine-t-il. Pour le moment, aucune date n’a été arrêtée pour cette rencontre bilan que Séméga se propose d’organiser.

Coopération: presser le retour des diplomates japonais au Mali

A la demande du président de la République intérimaire, Dioncounda Traoré, le Premier ministre japonais a promis d’œuvrer rapidement au retour du personnel diplomatique japonais à Bamako. On se souviendra que les diplomates japonais accrédités dans notre pays se sont repliés sur Paris au déclenchement du conflit dans le Nord. Il nous revient que des instructions précises seront données au ministre japonais des Affaires étrangères pour hâter de retour des diplomates de l’Empire du Soleil levant à Bamako.

Les Echos du 4 Juin 2013