Partager

Notre confrère Amadou Wagué, précédemment Attaché de presse à l’Assemblée nationale, vient d’être promu Directeur de la communication, de la documentation et de l’informatione. La décision a été prise le Président par intérim de l’Assemblée nationale, Younoussi Touré, le 31 mai dernier.

Elle fait suite à celle modifiant le règlement administratif de l’Hémicycle, en février 2013, qui créait trois nouvelles directions. Outre Amadou Baba Wagué, Younoussi Touré a nommé Cheick Taliboya Tembely, en qualité de Directeur la législation et Abdoulaye Z . Touré Directeur des services administratifs et financiers. Amadou Coulibaly a été confirmé comme Directeur du Protocole de l’Assemblée nationale.

Il faut noter que ce ne sont pas des choix politiques, compte tenu de la compétence et des qualités intrinsèques des uns et des autres. Notre confrère Wagué, spécialiste en communication parlementaire, en communication stratégique et en communication pour le développement, a suivi de nombreuses formations à Copenhague, au Danemark et au Centre africain de management et de perfectionnement des cadres (CAMPC) à Abidjan. Il est membre de la Commission Communication du Réseau africain des personnels parlementaires (RAPP). Toutes nos félicitations!

Loi pétrolière : Plusieurs innovations

La nouvelle Loi pétrolière, soumise aux experts fin mai, comprend 16 titres et 130 articles, contre 13 titres et 95 articles dans la précédente, vielle de 8 ans. Selon les experts, l’ancien texte comportait de nombreuses insuffisances, au nombre desquelles la non prise en compte de la notion de transformation des hydrocarbures, l’inexistence de procédures d’extension ou de modification de superficie de bloc, celle de procédures relatives à la fusion des blocs et à leur subdivision et de pénalités en cas de non respect par les sociétés des engagements contractuels.

S’y ajoutent l’inexistence d’études de développement en cas de découverte de gisement et la non prise en compte des périmètres sous différentes conventions chevauchants… Selon toujours les experts, la nouvelle législation prendra en compte tous les aspects relatifs à la bonne organisation et à la bonne gestion du domaine pétrolier malien.

Évènements de Kobada et de Foroko : Abdoulaye Pona superfétatoire
Après le déguerpissement musclé des sites d’orpaillage de Kobada et Foroko par les forces de l’ordre, le Président de la Chambre des Mines, Abdoulaye Pona, a invité, à la Maison de la Presse, les journalistes pour, disait-il au début de son intervention, «lancer un message fort aux autorités». Mais, après les constats sur place, Abdoulaye Pona s’est vite mis dans une posture de recul. «Je n’ai pas d’acte de décès pour affirmer qu’il y a eu mort d’homme…

Je marche avec cela et je crois que tout le monde est d’accord sur ce fait». Tout le monde d’accord? Non. L’un des élus de la commune l’a très vite recadré: «avec la débande de près de 100 000 personnes et les nombreux trous de plusieurs mètres de profondeur, où voulez-vous chercher un certificat de décès? D’autant que la coutume exige que quand quelqu’un meurt dans un trou, on l’y enterre».

Sur une autre question concernant les sévices subis par plusieurs personnes, Abdoulaye Pona est encore resté superficiel: «j’ai demandé qu’on me donne des preuves afin de saisir qui de droit…». Face à ce flou, plusieurs questions se posent: l’huissier commis par la Chambre des Mines a-t-il fait son boulot? Pourquoi M. Pona n’a-t-il pas exhibé le rapport provisoire de l’enquête devant la presse? Combien de temps l’huissier est-il resté sur les lieux? Pourquoi les orpailleurs ont-ils été si violemment pris à partie par les forces de l’ordre? Des questions auxquelles Abdoulaye Pona ferait bien de répondre, lui qui se présente comme la courroie de transmission entre l’Etat et les artisans.

Rassemblées par Paul Mben et Youssouf Diallo

03 Juin 2013