Partager

Lors de la journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, à la Maison de la presse, alors que la séance avait été suspendue à la fin de la cérémonie d’ouverture, pour permettre aux officiels de se retirer, un fait a frappé les esprits à la reprise des travaux : le ministre Mahamadou Camara était toujours là parmi l’assistance pour suivre les débats introduits par les panelistes, des doyens de la presse. Le fait n’a pas passé inaperçu, au point d’être relevé par un ancien Secrétaire général du département de la Communication, Cheick Oumar Maïga, qui a salué cette exception du ministre. « C’est ma première fois de voir un ministre rester après la cérémonie d’ouverture pour suivre les débats ». Et quand ce commentaire vient d’un ancien Secrétaire général de ce département, ancien conseiller technique, homme des sérails depuis près de 20 ans, on ne peut que souhaiter que le ministre continue sur cet élan. Bon vent au ministre !

* Boeing présidentiel / Entre IBK et Mara, qui dit la vérité ?

Dans un show qu’il a animé au Maroc devant les Maliens, le président IBK a évoqué 17 milliards de FCFA. Mais devant l’Assemblée nationale, interpellé par le député, le Premier ministre Moussa Mara a parlé de 20 milliards. Entre les deux qui dit la vérité ? Si IBK a raison où est passé la différence ?

* Nord / Mara veut faire bouger les choses

Plusieurs visiteurs du Premier ministre Moussa Mara, aussi bien de la classe politique que de la société civile, sont étonnés de son franc-parler. Il raconterait à qui veut l’entendre, que ce qu’il a fait en dix jours, n’a pas été fait pendant les sept premiers mois de la présidence IBK, sur le nord. Il ne cache pas aussi, que ce n’est pas tout de suite que la question du nord sera réglée.

* Question du nord / Des amis du Mali en perdent le nord

Nombreux sont les diplomates au Mali qui se perdent finalement sur la façon de gérer la question du nord. Entre le ministère chargé de la Réconciliation et le Haut Représentant du Chef de l’État pour les dialogues inclusifs, qui fait quoi ? Qui a l’initiative de quoi ? Et qui se situe où dans quelle hiérarchie ? Certains seront-ils seulement des accompagnateurs d’autres ? « Dans tout ça, la Commission-Dialogue-Vérité-Réconciliation viendra dans ce paysage », soulignent-ils. Certains s’interrogent en des très clairs, si le Président de la République a des conseillers là haut ? Que font-ils ?

* L’erreur de Nienema Coulibaly sur ‘’Internationale’’ / « Modibo Keita, ministre de la réconciliation »

Nienema Coulibaly, ministre ivoirien de la justice connait le Mali dont il suit l’actualité politique avec assiduité. Lors de l’émission internationale (rfi, tv5 et le monde) du dimanche 4 mais, il a déclaré: « Après son élection IBK s’est rendu au nord du Mali. Il vient de nommer comme ministre de la réconciliation l’ancien premier ministre Keita ». Le ministre ivoirien est bien gentil mais il s’est trompé sur le premier point. Le nord du Mali attend encore la première visite du président IBK.

Le ministre se trompe à nouveau sur le second point, Modibo Keita n’est pas le ministre de la réconciliation mais le haut représentant du chef de l’Etat pour le dialogue inclusif. Mais l’erreur de Nienema Coulibaly est indicative de la confusion qui existera dans les esprits et dans la réalité. Le président de la République qui a créé ces deux fonctions en l’intervalle de quelque jours devrait veiller à clarifier ces confusions si non bonjour les confusions comme celle du ministre ivoirien Nianama Coulibaly.

La Rédaction

05 Mai 2014