Partager

* Me Kassoum Tapo ; Rapporteur de la commission des lois…ou avocat défenseur de la révision constitutionnelle

Du 1er au 2 Août 2011, le ministre Daba Diawara, venu à l’Assemblée nationale pour défendre le projet de loi portant révision de la constitution, n’a pas eu grand-chose à faire. Il avait un farouche avocat défenseur en la personne de Me Kassoum Tapo. En sa qualité de rapporteur de la Commission des lois, en tout cas pour ce qui concerne le projet de loi portant révision de la constitution, Me Kassoum Tapo a par moment cru qu’il était à la barre dans un quelconque tribunal de la ville de Bamako. Il a usé de tout son talent d’avocat, jusqu’à devenir souvent très acerbe avec certains de ses collègues. Dr Oumar Mariko a été obligé de lui rappeler que son attitude est des plus surprenantes, parce qu’il s’était identifié comme un farouche opposant à la révision. Donc, pourquoi ce changement hyper dynamique ?

* Vote du projet de loi portant révision de la constitution ; Les trois députés Sadi votent NON et un élu Adema s’abstient

Après deux jours de débats, 141 députés de l’Assemblée nationale du Mali ont voté le projet de loi portant révision de la constitution. Et, comme, il fallait s’y attendre les trois députés SADI ont voté contre. La grande surprise a été qu’un député ADEMA, contre la consigne de vote de son parti s’est abstenu.

* La consigne de vote d’Ibk avant l’heure

« En tout cas pour ce qui nous concerne au RPM, ce projet –là, nous le voterons ». C’est en termes qu’Ibk, Président du Rpm, a conclu son intervention lors des débats à l’Assemblée nationale. Selon lui, assurance lui a été donnée que le référendum sera organisé dans des délais qui n’entameraient en rien l’organisation d’élection libre et transparente. Mais, auparavant, il a indiqué que « l’intention du patriote sincère Att est louable »

* Gossi Drameira, député élu à Bafoulabé sur la liste Urd : Refuse de voter

Après avoir asséné ses vérités, la veille du vote, Gossi Drameira a quitté la salle, le lendemain tout juste avant que les députés de façon mécanique ne soulèvent leurs mains pour voter « Oui ». Il s’était comporté de même lors du vote du code des personnes et de la famille. La suite, tous les Maliens la connaîssent : forte résistance de la rue qui a obligé le Président à renvoyer la loi pour une seconde lecture devant l’Assemblée nationale.

* Des députés pris en « Otage » : Mamadou Hawa Gassama Diaby accuse Me Kassoum Tapo et Mme Saoudatou Dembélé

En tout cas Mamadou Hawa Gassama Diaby n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour dénoncer certains de ses collègues députés, notamment Me Kassoum Tapo et Mme Camara Saoudatou Dembélé, respectivement, rapporteur et Présidente de la commission des lois…Selon l’honorable Diaby, certains députés font trop de zèle dans leur soutien au Président ATT. « Ils veulent donner l’impression qu’ils sont les députés qui aiment le plus le Président Att, alors que nous sommes tous avec Att. Ils nous prennent en otage. On ne peut même pas parler », a-t-il déclaré. Avant de dénoncer le fait qu’ils ne veulent pas laisser leurs collègues s’exprimer librement, or cette même attitude a déjà conduit l’Assemblée nationale à voter un texte qui a attiré tous les malheurs vers les députés : le code des personnes et de la famille.

03 Août 2011.