Partager

Confidentiel Afrique accuse, Karim Kéita dément !

« Le fils du président IBK, Karim Keita Alias Katio se paye un immeuble de luxe à Dubaï à 4,5 milliards de Fcfa », selon un article publié le 4 novembre 2016. Sans précision sur les caractéristiques de l’immeuble, l’article indique qu’il est situé « dans un quartier chic de Dubaï ». Alors que l’auteur de l’article s’adjuge « nos investigations poussées auprès des milieux d’affaires avisés dubaïotes… », la révélation en ‘’exclusive’’ n’est pas assez soutenue. Le Républicain pour recouper l’information auprès de qui de droit, a passé un coup de fil au « fils du président IBK », le député Karim Kéita, qui nous a gentiment renvoyé à son ‘’démenti’’ publié sur ses pages facebook et twitter. On peut y lire : « de nouvelles allégations font de moi, le propriétaire d’un immeuble à Dubaï. Je tiens à travers le présent tweet à démentir ces allégations. Je ne suis propriétaire d’aucun immeuble à Dubaï ou ailleurs dans le monde. Ces mensonges n’ont pour but que de me salir et ternir mon image ». Outre cet article, depuis deux ans des rumeurs de placement de grosses sommes d’argent dans les Emirats arabes unis, plus particulièrement à Dubaï, circulent. « Des rumeurs relatives à des porteurs de valises et du placement dans des comptes bancaires offshore, à Monaco, Luxembourg. Si cette information est exacte, elle interpelle tout le Mali, des plus hautes autorités au citoyen lambda, dans un pays ou plus de la moitié de la population vit au dessous du seuil de la pauvreté », assène un interlocuteur. Dans le cas où, ces informations ne seraient pas fondées, leurs auteurs doivent assumer l’obligation de se dédire comme ce fut le cas récemment d’une diffamation sur un homme politique malien qui était accusé d’une opération de transfère de 27 milliards de FCFA, de la BCEAO à Ecobank. On connait la suite.

Grande commission mixte de coopération Algéro-malienne
Forte mobilisation algérienne à Bamako

La 12ème session de la grande commission mixte de coopération Algéro-malienne a été l’occasion d’une rare mobilisation pour renforcer les relations entre les deux pays. A cette réunion qui a pris fin le jeudi 3 novembre 2016, l’Algérie était représentée par une importante délégation (dont une centaines d’opérateurs économiques), conduite, pour l’une des rares fois, par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Il a été question de relations politiques, et le renforcement de leurs relations économiques. Un boulevard à partir du pont Fahd a pris le nom du Président algérien Abdelaziz Bouteflika

Le Roi Mohammed VI en visite officielle à Dakar
Le Roi Mohammed VI effectue à partir du dimanche 6 novembre une visite officielle au Sénégal, annonce vendredi un communiqué du ministère de la Maison royale, du Protocole de la Chancellerie. Le Roi Mohammed VI a décidé d’adresser le discours royal à son peuple à l’occasion de la célébration du 41ème anniversaire de la Marche Verte, depuis la ville de Dakar. Selon nos informations, le Roi effectuera le déplacement de Dakar accompagné par une forte délégation, parmi laquelle des centaines d’opérateurs économiques, en vue d’un renforcement de la coopération. La signature de plusieurs accords est prévue entre les deux pays. Nous y reviendrons.

IDENTITE NATIONALE BIOMETRIQUE CEDEAO COUPLE A L’AMO
L’exemple du Mali salué

C’est Aujourd’hui, lundi 7 Novembre 2016 que se tient à Bamako, une réunion d’experts de la Cedeao sur la carte d’identité nationale biométrique Cedeao. Cette rencontre sera l’occasion de saluer les initiatives du gouvernement du Mali en ce qui concerne le couplage carte d’identité nationale biométrique Cedeao à l’assurance maladie.
Une réunion d’experts de la Cedeao sur la carte d’identité nationale biométrique Cedeao se tient lundi 7 Novembre 2016 à Bamako. Ce projet fut adopté par l’ensemble des 15 chefs d’états à l’occasion du 40e anniversaire de la Cedeao en décembre dernier pour une introduction dans les plus brefs délais.
À travers ce projet, la Cedeao et chaque Etat s’engage auprès de tous les citoyens de la communauté pour plus de Sécurité, plus de liberté et plus de mobilité
Dès demain, nous aurons une carte d’identité biométrique régionale, au service des citoyens et du développement économique de la Cedeao.

L’exemple malien salué
Pour traduire ce sentiment d’appartenance à une identité communautaire, la Cedeao, avec l’ensemble des experts de chaque Etat membre, ont défini une carte d’identité biométrique répondant aux normes internationales (ICAO compliant) et aux cas d’usage spécifiques de la région.
Plusieurs pays ont déjà entamé des réflexions à l’échelle nationale pour introduire dans les plus brefs délais leur carte d’identité nationale conformes aux spécifications Cedeao. Le Mali est l’un des premiers pays à avoir entamé cette réflexion à travers son décret présidentiel. Il est d’ailleurs montré aujourd’hui en exemple par la Cedeao qui souligne son modèle de couplage de carte d’identité à l’assurance maladie. Une première en Afrique alliant le volet sécuritaire et le volet service aux citoyens »
La carte, munie d’une puce sécurisée, contient les informations ou données biométriques sur le propriétaire de la carte et relatives notamment à son nom, prénom, sexe, date de naissance, lieu de naissance, adresse, taille, couleur des yeux, empreintes digitales et photo faciale.
Elle présente plusieurs avantages tenant, entre autres, aux systèmes de sécurité rendant toute falsification impossible et aux usages multiples pouvant être faits de sa base de données.
Cette base de données permet le couplage avec le système d’information intégré à identification biométrique de la Caisse nationale d’assurance Maladie (Canam) et les besoins des services de sécurité.
Le décret pris par le gouvernement  définit les éléments de sécurité, le contenu, les conditions d’obtention, de délivrance et de validité de la carte d’identité sécurisée Cédéao couplée à l’assurance maladie.
Notre pays va offrir aux citoyens un document de voyage sécurisé et  honorer ses engagements vis-à-vis  de la Cédéao. Cette initiative est salutaire puisqu’en plus d’un document fiable, elle permettra de faire beaucoup d’économie autant pour le gouvernement que pour les citoyens qui payeront le prix d’une carte pour deux.

Correspondance particulière MD

07 Novembre 2016