Partager

Diouncounda Traoré évacué à Paris

Le président de l’Adéma-Pasj, Diouncounda Traoré, a été évacué avant hier à Paris pour des raisons de santé. L’ancien ministre souffre de troubles cardiaques, indique-t-on. Suite à des malaises il avait été admis dans un Centre hospitalier de la capitale en fin juillet. Nous lui souhaitons prompt rétablissement.

Adéma: Soumeylou aux commandes

Suite à l’indisponibilité de Diouncounda Traoré, c’est Soumeylou Boubèye Maïga, premier vice-président de l’Adéma qui assure l’intérim de la présidence de l’ex parti au pouvoir. L’Adéma se prépare à faire face à la nouvelle situation. Hier, une réunion extraordinaire du Comité exécutif du parti devrait se tenir pour évoquer justement la « vacance du pouvoir » au sein de la formation politique.

Soumeylou fait peur

La présidence (provisoire) de Soumeylou Boubèye Maïga ne va pas sans appréhension au sein de l’Adéma. Et pour cause, le président intérimaire n’est pas sur la « même longueur d’onde » que certains barons du parti sur les choix de l’Adéma, notamment le soutien du parti à la candidature de Amadou Toumani Touré, lors de la présidentielle de 2007. A ce sujet, Soumeylou n’avait pas fait mystère de son opposition à la décision prise par le parti. A l’opposé d’autres responsables du parti dont, entre autres, Diouncounda Traoré, Marimanthia Diarra et Seydou Traoré, tous deux ministres et membres de la direction du parti, affichent leur soutien sans faille à une éventuelle candidature de ATT. Comment le parti va-t-il géré la situation au moment où la présidence est confiée à Soumeylou Boubèye Maïga ? La question est posée dans certains milieux politiques.

Boubèye à propos de l’accord d’Alger : éviter la polémique

Ancien ministre de la Défense, Soumeylou Boubèye Maïga, lors de la conférence de presse organisée par l’Alliance pour la République et la Démocratie (ARD), le lundi 31 juillet dernier, a mis les points sur les « i » à propos de l’accord d’Alger. Pour l’ancien ministre de Alpha Oumar Konaré, « ceux qui critiquent cet Accord ne propose aucune alternative crédible« . Aussi, Soumeylou à propos des unités spéciales a levé les équivoques : « ces unités ne sont pas spéciales dans leur composition mais elles le sont dans leurs missions« . Enfin l’ancien ministre et ancien patron de la Sécurité d’Etat, a tenu à donner ce conseil : « évitons d’entretenir la polémique sur les questions de paix et de sécurité« . Soumeylou Boubèye Maïga sait de quoi il parle.

Etats-Unis : Lobby de parlementaires pour l’Afrique de l’Ouest

Un nouveau groupe de défense des intérêts de l’Afrique de l’Ouest, le West African Congressional Caucus, a été récemment créé à Washington au sein du Congrès. Initié par un noyau de parlementaires, il s’est élargi à des hommes d’affaires et à des Ambassadeurs. Ce Caucus (comité), dit avoir pour but, de “resserrer les liens entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Afrique de l’Ouest”. Pour ce caucus, “L’Afrique se heurte à de nombreux défis, mais ses promesses sont aussi très importantes”. Le caucus concentrera son action sur des sujets, comme les débouchés en matière d’import-export, les investissements étrangers directs, les nouvelles technologies , les services publics, les transports, la démocratie, la primauté du droit. Le nouveau groupe de pression soutiendra “les liens stratégiques entre le Congrès, le gouvernement Bush et les pays d’Afrique de l’Ouest”. Les pays représentés au sein de ce groupe sont : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée équatoriale, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Mali, la Mauritanie, le Nigeria, le Niger, Sao Tomé-et-Principe, le Sénégal, la Sierra Leone, et le Togo.

03 août 2006.