Partager

Après la visite de plus d’une cinquantaine d’opérateurs économiques maliens au port autonome de Dakar les 26, 27 et 28 juillet derniers à l’occasion des journées portes ouvertes des EMASE, le représentant dudit port au Mali, Bréhima Fomba, a accepté de nous livrer ses impressions sur une telle initiative.

Selon lui, les journées portes ouvertes des EMASE ont été une belle initiative du ministre malien de l’Equipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga. En ce sens que l’objectif global était de trouver un cadre de concertation entre les opérateurs économiques maliens et les prestataires de service du port autonome de Dakar. A l’en croire, il s’agissait principalement de pouvoir poser tous les problèmes liés à l’approvisionnement du Mali qui est sans débouché maritime et assurer ainsi l’approvisionnement du Mali au moindre coût pour notre économie.

Un bilan très positif

Selon l’ancien Directeur national des Transports du Mali, Bréhima Fomba, ces journées portes ouvertes ont été un franc succès. Les raisons : d’abord les opérateurs économiques maliens ont répondu massivement aux journées portes ouvertes des EMASE (plus d’une cinquantaine).

Ensuite, il y a eu une série de recommandations de la part de ces opérateurs et dont la mise en œuvre devrait trouver des solutions aux objectifs spécifiques de ces journées.

«Je m’empresse de dire que si les journées portes ouvertes offrent un cadre de discussion entre opérateurs économiques et prestataires portuaires, il reste tout de même qu’elles ne sont pas le lieu approprié pour donner réponse à toutes les préoccupations», martela-t-il. Quelques exemples : la mise en œuvre du transit routier Inter-Etat (TRIE) qui selon Bréhima Fomba est un régime douanier qui permet le déclassement de marchandises d’un bureau de douane d’un pays de départ à un bureau de douane d’un pays de destination sous le couvert d’un document unique qu’on appelle le carnet TRIE et sans rupture de charge.

Et d’expliquer que sa mise en œuvre implique les administrations douanières des deux pays ; les cautions nationales des deux pays qui sont les chambres de commerce ; les administrations des transports des deux pays pour l’agrément des moyens de transport et les transports des deux pays. Selon lui, on se rend compte à partir de cet exemple que la mise en œuvre du Transit Inter-Etats (TRIE) entraîne la participation de plusieurs administrations et services des deux pays.

Le représentant du port autonome de Dakar au Mali pense que l’intérêt qu’ils ont eu avec ces journées portes ouvertes de revoir un ensemble de problèmes qui se posent aux opérateurs économiques maliens devrait se poursuivre au sein de la Commission technique paritaire pour définitivement donner suite aux différentes préoccupations évoquées. Selon lui, c’est l’occasion de renouer avec les réunions techniques pour que les solutions satisfaisantes et définitives puissent être trouvées aux préoccupations posées par les opérateurs économiques.

Des avantages certains accordés aux opérateurs économiques

A en croire le représentant du port autonome de Dakar au Mali, Bréhima Fomba, ces journées portes ouvertes des EMASE ont donné l’occasion aux opérateurs économiques maliens de connaître en leur faveur les mesures de facilitation du transit et les avantages tarifaires qui leur sont offerts.

Il pense qu’ils seront désormais suffisamment armés pour tenir tête aux transitaires qu’ils commettent en leur lieu et place au port autonome de Dakar pour le traitement de leurs produits par ledit port.

Bréhima Fomba se dit aussi heureux de voir que les journées portes ouvertes aient commencé par les Entrepôts Maliens au Sénégal (EMASE). Selon lui, cela va dans l’ordre normal des choses quand on sait que plus de 50 % de l’ensemble des importations du Mali passent par le port autonome de Dakar contre 38 % pour le port d’Abidjan et plus de 65 % des marchandises containerisées passent par le port de Dakar contre 12 % seulement pour le port d’Abidjan.

Selon lui, il ne peut qu’être satisfait de ce choix tout en pensant sincèrement que ces journées portes ouvertes contribueront à augmenter davantage le trafic par le port de Dakar.

Bréhima Fomba tiendra aussi à rappeler que c’est à la faveur d’un accord et d’une convention entre la République du Mali et la République du Sénégal en matière de transport et de transit maritime que les Entrepôts maliens au Sénégal (EMASE) ont été créés le 8 juin 1963. Viennent ensuite les autres notamment les Entrepôts Maliens en Côte d’Ivoire (EMACI), 16 ans après le 13 janvier 1979 ; les Entrepôts Maliens au Togo en août 1983 ; les Entrepôts Maliens au Ghana (EMAGHA) en novembre 1986 ; les Entrepôts Maliens en Guinée (EMAGUI) en novembre 1987 ; les Entrepôts Maliens en Mauritanie en novembre 1989.

C’est dire que le choix porté sur les EMASE va dans l’ordre normal des choses en tant que premier entrepôt du Mali à l’étranger.

L’appel de Bréhima Fomba

Opérateurs économiques maliens, EMASE, port autonome de Dakar, nous allons ensemble raffermir davantage les liens de solidarité, de fraternité et même de parenté pour qu’ensemble nous puissions lever le défi du commerce entre nos deux pays.

Birama Fall

06 Août 2010.