Partager

L’UNTM maintient son mot d’ordre de grève malgré la
rencontre tripartite UNTM-Patronat – Gouvernement.
Pour le sécrétaire général de l’UNTM,cette situation
de tension est due à la faiblesse des résultats
obtenus aux négociations.

Cependant, le conférencier
indiquera que l’UNTM ne reculera pas d’un pouce,
affirmant que les 14 points de revendication doivent
être satisfaits globalement au risque de voir les
travailleurs aller en grève le 19 Septembre prochain.

Pour lui, toutes les revenducations faites par l’UNTM
sont précédées d’études de faisabilité. D’où il
soutiendra que les 14 points de revenducation peuvent
être bien satisfait de nos jours par le gouvernement
en égard à ses moyens.

Nous ne sommes pas là pour
nous amuser, nous allons défendre ces doléances
jusqu’au bout…”,
a-t-il martelé.

A ses dires, la
reponse du gouvernement est politique et tend vers un
consensus. ce qui lui fera dire que le gouvernement a
transformé les résultats.

Siaka Diakité pense que les
différents points de révendication sont indivisibles
: « Tous les points de révendication sont prioritaires
pour nous
« , a-t-il affirmé.

DES POINTS D’ACHOPEMENT

Certains points de revendication ont suscité des
explications du sécrétaire général de l’UNTM suite à
des questions posées par des confrères.

Par rapport à
la mutation illégale des 7 syndicalistes de la BDM-SA
(SYNABEF), Siaka Diakité dira que ces agents n’iront
nulle part et ne subiront aucune sanction.

A défaut,
l’UNTM promet de traduire l’Etat malien devant le
bureau international du travail (BIT) sachant que la
dite mutation est en porte-à-faux avec les
dispositions du code de travail du Mali et les
conventions du BIT.

Concernant la flamblée des prix
des produits de première necessité, notre
interlocuteur s’est indigné de la situation qui
prévaut.

A preuve, le sac de riz de 100kg coûtait 25 000 à 30
000 f cfa avant que le gouvernement n’accorde les
exonérations de la TVA sur l’importation à 03
commerçants grossistes.

A présent, dit-il les sacs de
riz et de mil atteignent 45 000F malgré les efforts du
gouvernement.

Pour l’UNTM, l’Etat doit donc permettre
à tous les commerçants de faire des importations de
céréales et de bénéficier des exonérations de TVA, ce
jusqu’à la récolte prochaine.

Affirmant que nous
sommes dans un pays d’économie libérale, il propose,
face à cette cherté des produits de première
nécessité, que l’Etat fixe les prix relatifs au coût
de la vie.

Concernant les coûts de téléphone, de l’électricité
et de l’eau, il dira que la baisse qui a été faite est
de nature politique, et qu’elle a eu lieu avant le
dépôt du rapport de la commission a-t-il ajouté.

Pour
lui, si tous les commissionnaires de l’EDM-SA honorent
leur engagement, il serait possible de baisser les
tarifs, de créer des emplois et d’étendre le réseau à
plus de comsommateurs.

Par ailleurs, les négociations
entre l’UNTM, le Conseil National du Patronat Malien
et le gouvernement devaient continuer hier dans
l’après midi.

Salifou BANGALY

UNTM

Appel à la grève !

Tous mobilisés derrière votre Bureau Exécutif !
– Pour l’amélioration de nos conditions de vie;
– Pour une situation alimentaire rassurante et
supportable;
– Pour des conventions collectives rénovées;
– Pour une grille de salaires prenant en compte les
catégories B1 et B2;
– Pour un relèvement significatif de la valeur du
point Indiciaire;
– Pour de l’électricité et de l’eau potable offertes à
des conditions acceptables;
– Pour la consolidation de la situation de la Sotelma
et l’accéleration de la privatisation
– Pour le paiement des droits et des indemnités de
licenciement des travailleurs des Sociétés et
Entreprises d’Etat;
– Pour des médicaments accessibles;
– Pour une sécurité routière mieux pensée en
ressources humaines et matérielles;
– Pour une administration du travail bien équipée;
– Pour une sécurité sociale dynamique, incitative
préservant les acquis et à l’écoute des assurés
sociaux;
– Pour une autre politique des hydrocarbures;
– Pour les moyens techniques et matériels aux
structures chargées de la prévention contre le pril
acridien;
– Pour le respect des conventions internationales en
faveur de la protection des élus syndicaux.
C’est aujourd’hui et maintenant qu’il faut s’engager.

09 septembre 2005.