Partager

Bras de fer entre l’AEEM et le Rectorat à l’USJP de Bamako : La rentrée n’est toujours pas effective… la psychose persiste.

L’université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako est paralysée depuis le début de l’année académique. Nombreux sont les problèmes auxquels la structure est actuellement confrontée et ceux dont elle devrait faire face dans les semaines à venir. Quelques illustrations de cet état de fait : la rentrée pour les classes de 2ème, 3ème et 4ème année n’est toujours pas effective. Les cours pour les étudiants de la 1ère année sont suspendus. La tension entre les acteurs est montée d’un cran. La psychose persiste tant du côté des administrateurs que des administrés. Au cœur de ce remue-ménage, un bras de fer entre le comité AEEM et le Recteur marqué par, le déclenchement d’une grève illimitée des étudiants…

‘’La rentrée ne sera effective que lorsque nos points de revendications seront pris en compte par le Recteur’’, telle est la position de l’AEEM. Le Recteur, pour qui le connait, n’est pas de nature à céder aussi facilement face à de telles situations. Alors, quelle issue pour cette crise ? Et pourtant, il en faut une et au prix d’un sacrifice. De qui cependant, nous ne saurons pour le moment avancer une réponse exhaustive. Les points de divergence sont, entre autres, la fixation des pénalités comme condition pour la reprise des inscriptions au profit de tous les étudiants de l’Ex Centre d’Enseignement Supérieur de Bamako non-inscrits, le rejet d’une décision d’admission de certains étudiants par le Recteur et la répartition des étudiants de la 2ème année entre les deux facultés de Droit Public et de Droit Privé.

Le comité AEEM revendique notamment la reprise des inscriptions, sans aucune pénalité, pour tous les étudiants non-inscrits, le maintien des (6000) étudiants en 2ème année de l’Ex FSJP dans la faculté de Droit Privé et l’orientation des (2000) de l’Ex CESB à la Faculté de Droit Public en lieu et place de la répartition égale du nombre total d’étudiants faite par le Recteur et enfin la reconnaissance de la décision d’admission de certains étudiants rejetée par le Recteur. Le Recteur, quant à lui, semble camper sur sa position et ne plus vouloir revenir sur certains points.

Dans ce bras de fer, qui nous réserve certainement bien d’autres revendications cachées, les responsabilités doivent être situées. Autant le Recteur doit et peut revoir sa position, de la même manière le comité AEEM a l’obligation morale de ne pas perdre de vue sa place et s’immiscer dans des choses qui ne relèvent guère de sa compétence. Chaque protagoniste de cette crise doit consentir un sacrifice pour sauver l’année académique et sortir définitivement de cette impasse. Il est donc du rôle des autorités universitaires de s’assumer en tout état de cause pour trouver une solution rapide et consensuelle à cette situation avant qu’elle ne dégénère.

Car, c’est l’avenir de milliers de jeunes qui est en jeu et qui ne doit aucunement être manipulé au profit d’intérêts purement égoïstes et dépourvus de toute logique. Nous vous proposerons dans notre prochaine livraison, un dossier complet sur cette affaire avec comme menu principal les ‘’dits’’ (c’est-à-dire les arguments avancés par les uns et les autres) et dessert ‘’les non dits’’ (les réelles motivations qui se cachent derrière les différents arguments). D’ici là, prions qu’une alternative soit trouvée et que nos futurs juristes, avocats, administrateurs…retrouvent le chemin des amphis et l’ambiance des facs.

FOUSSEYNI MAIGA

Le Flambeau du 29 février 2012

***************************************************

Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako : Les examens partiels prévus pour ce mois de Mars

L’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako donnera le coup d’envoi des examens universitaires 2011/2012. Cela à travers les examens partiels qu’elle organisera en mi mars prochain. A l’exception de certaines sections de Sciences Sociales, toutes les sections de l’U.L.S.H.B, sont concernées.

Voila deux mois que les universités de Bamako et celle de Ségou ont commencé leur année universitaire 2011/2012. Et les cours ont repris presque dans toutes les facultés et grandes écoles. Les craintes qui se faisaient entendre ont presque disparu. Aujourd’hui, c’est l’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako qui se prépare à donner le ton pour ses examens partiels apparemment prévus pour ce mois de mars.

Si, pour certains étudiants, c’est une affirmation non fondée voire prématurée, d’autres accueillent la nouvelle comme une bonne initiative. Une étudiante en 2ème année anglais unilingue, rencontrée dans la cours de ladite université, affirme être favorable pour ces examens : « c’est vrai que ces examens ont été prématurés mais force est de reconnaitre qu’avant de partir pour cette vacance forcée nous étions avancer dans plusieurs matières ».

Par contre un étudiant en 1ère année anglais bilingue se plaint de leur précarité. Le comité AEEM, lui, semble adhérer à l’idée de ces examens. C’est du moins l’impression que nous a laissé un responsable de classe, qui affirme être partant car dit-il : « il y a jusqu’à présent certains étudiants au dehors à cause du manque de salles et je crois qu’avec ces examens, ils pourront commencer les cours étant donné que l’emploi du temps de ceux qui examineront sera aménagé de telle sorte qu’ils puissent suivre des cours et suivre les évaluations au même titre que les autres ».

Pour leur part, les responsables du département des lettres affirment être prêts pour la tenue de ces examens car il y aurait même des professeurs qui avaient terminé leurs cours avant la fermeture dernière. Du côté des étudiants, l’heure est à la préparation tandis que les décanats, eux, s’attellent pour la bonne marche des activités.

TAO IBRAHIM

Le Flambeau du 29 février 2012