Partager

La campagne électorale est sporadiquement ponctuée par des actes terroristes notamment dans les maquis de Kabylie. Parallèlement, le président-candidat Bouteflika, en campagne, persiste à promouvoir la politique de réconciliation nationale tout en évoquant une éventuelle amnistie générale des islamistes armés après le dépôt définitif et total des armes. Le thème de la poursuite de la politique de réconciliation nationale est récurrent dans ses discours électoraux. Mais, c’est la 1ère fois qu’il évoque l’éventualité d’une amnistie générale en faveur des islamistes armés. Le président-candidat l’a toutefois conditionnée par une reddition définitive et la consultation du peuple. Elle « ne peut se faire sans prendre en considération la volonté et la dignité du peuple », a-t-il précisé. En même temps, Bouteflika a réaffirmé sa détermination à aller jusqu’au bout dans la lutte contre le terrorisme. Pour l’instant, rien ne semble convaincre les salafistes armés algériens, qui ont prêté une allégeance symbolique à al-Qaïda, de renoncer à la violence. (Rfi)