Partager

L’annonce de la bourse de l’emploi et les avantages accordés aux jeunes ont suscité beaucoup d’espoir au départ. Cependant, aujourd’hui la lisibilité est faible au regard des faits et des types d’emplois créés, comparativement au taux des chômeurs qui ne cesse d’augmenter.

Les structures en charge de l’emploi ont-elles failli ? En tout cas, il y a inadéquation entre formation et emploi au Mali. Chose qui tire ses origines des défaillances longtemps annoncées de l’école malienne. Alors, ramener la formation et l’emploi au même diapason afin de répondre aux besoins de tous est de nos jours, le souci constant de tous.

La multiplication de structures de création d’emploi

Les jeunes et leur tutelle sont victimes de cette situation. Alors face à l’ampleur du phénomène, les pouvoirs qui se sont succédés continuent à déployer des efforts louables afin d’insérer les jeunes aux services de la nation. C’est pour cette raison qu’en dehors des structures chargées de l’emploi, nous assistons à la prolifération des salons et des bourses d’emploi.

Ceux-ci sont tous aux services des jeunes. Mais certaines opportunités d’emplois ne répondent pas aux besoins des chômeurs. L’école connue par sa formation purement théorique et les critères de recrutement dans les services sont purement expérimentales.


Des emplois peu porteurs

La bourse de l’emploi des jeunes, après les salons feutrés du CICB, les critères d’offres restent encore méconnus par les demandeurs. Les observateurs ne cessent de s’interroger au sujet des bénéficiaires de ladite bourse. Quant à la Promotion de l’Emploi et aux différents emplois déjà crées, il est incontestable que ces efforts ne sont pas tout porteurs d’avenir.

Basés strictement sur les motos taxis, congélateurs ou autres ces emplois ne sont que de véritables biens de familles. La moto, les congélateurs ne sont pas des emplois d’avenir sûrs. En plus, face à la dégradation massive des routes, les autorités n’ont-ils pas mesurées les risques liés à ces engins ?

En tout cas, si l’emploi des jeunes demeure toujours une préoccupation des autorités, il est nécessaire d’élargir l’éventail de l’offre.


Ousmane BERTHE (Stagiaire)

11 Septembre 2008