Partager

Jeune1.jpg

Un nouvel horizon s’ouvre aux demandeurs d’emploi

Je suis aussi satisfait de l’excellent travail de regroupement de l’ensemble des prestataires et des partenaires en vue de créer les conditions pour offrir de l’emploi à plus de 53 000 jeunes et de mettre à leur disposition plus de 23 000 kits de formation pour la seule année 2008.

Tandis que dans les projections du PDES, les 50 000 emplois sont prévus pour les 5 années à venir.

Ce qui veut dire qu’en matière de création d’emplois, nous pouvions et nous devrions avoir plus d’ambition. Dans le cadre de la lutte contre la pauvreté -un des axes majeurs des actions du gouvernement-, on peut considérer qu’il n’y a pas plus pauvre parmi les pauvres que celui qui ne travaille pas.

Comme le ministre l’a dit, le département a osé et il a gagné et derrière lui le gouvernement et l’ensemble de notre pays » : tel fut le commentaire élogieux du président de la République, Amadou Toumani Touré, au terme de la cérémonie officielle d’ouverture de la 1ère édition de la Bourse de l’emploi et de la formation professionnelle, qu’il a présidée hier au Centre international de conférences de Bamako (CICB).

La Bourse de l’emploi et de la formation professionnelle, une initiative du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle (MEFP) prolonge les actions entreprises, il y a moins de trois mois à Bewani en zone Office du Niger, par le même département dans le cadre de la marche vers l’emploi agricole.

Pour la circonstance, la grande salle des 1000 places du CICB a refusé du monde. Les présidents des institutions de la République, les membres du gouvernement, les ambassadeurs et les partenaires techniques et financiers et une parterre de jeunes venus de divers horizons étaient au rendez-vous. Des écrans géants installés dans les halls du centre relayaient les images de la cérémonie en direct pour les nombreux invités qui n’ont pas pu accéder à l’intérieur de la salle.

Insuffler un nouveau dynamisme.

Tout comme la marche vers l’emploi agricole, a rappelé le ministre Ibrahima N’Diaye, la présente bourse s’inspire du Cadre stratégique de croissance et de réduction de la pauvreté (CSCRP), du Projet de développement économique et social (PDES) et du Document de politique nationale de l’emploi.

La trame du programme offert aux futurs visiteurs de la manifestation, couvre l’entrepreunariat privé, l’emploi rural, l’emploi de proximité.

Il inclut également les offres d’emplois et la formation professionnelle exclusivement axée sur l’existence de besoins et de demandes réels identifiés, la performance et la compétitivité dans chaque production, la satisfaction entière des besoins essentiels des populations, le développement durable axé sur la participation et la satisfaction de chacun et de tous.

A travers la bourse, le MEFP entend insuffler un nouveau dynamisme à la formation professionnelle et à la création d’emplois dans notre pays, essentiellement dans le secteur agricole, artisanal et des services. La manifestation permettra de doter près de 10 000 jeunes de kits opérationnels pour leur insertion professionnelle et des centaines de kits de formation professionnelles appelés « bons de formation professionnelle« .

Le président du Conseil national de la jeunesse du Mali (CNJ-Mali), Siriman Traoré, pouvait donc légitement remercier les plus hautes autorités du pays, notamment le chef de l’État, pour leur engagement en faveur de l’emploi des jeunes. Siriman Traoré a invité ses camarades bénéficiaires à s’acquitter de leur engagement pour permettre à d’autres de bénéficier du programme.

Dans les stands installés sur l’esplanade du Centre international de conférence), les structures relevant du MEFP (APEJ, ANPE, FAFPA, Direction de la formation professionnelle, etc.) proposent 13 kits aux jeunes, désireux de s’installer dans les métiers agricoles, avicoles, pastoraux, artisanaux, etc., durant les trois mois à venir. Le coût global de l’opération s’élève à plus de 7 milliards Fcfa.

Le financement sera assuré par les budgets des structures relevant du département de l’Emploi (APEJ, ANPE, FAFPA, PNA-ERP, FARE).

Outre les offres de ces structures, d’autres départements ministériels, notamment, ceux de l’Élevage et de la Pêche, de l’Agriculture, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État et de la Jeunesse et des Sports, ont fait d’importantes propositions de kits, tant dans la création d’emplois que de la formation professionnelle.

Les annonces concernent également les offres faites par les partenaires techniques et financiers, notamment les coopérations danoise, française, luxembourgeoise et d’autres partenaires à travers le PIS II.

Pour le ministre Ibrahima N’Diaye, l’engagement du chef de l’État en faveur de l’emploi s’est traduit par la révision à la hausse des budgets du FAFPA (plus de 3 milliards de Fcfa) et de l’APEJ, qui bénéficie désormais d’un fonds supplémentaire prélevé sur les impôts C’est la taxe emploi-jeunes votée voilà quelques jours par l’Assemblée nationale (voir l’Essor du 3 juillet).

Cette taxe est prélevée sur la contribution forfaitaire payée par les personnes assujeties à l’impôt sur les revenus, l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux ou l’impôt sur les bénéfices agricoles et soumises à la contribution forfaitaire à la charge des employeurs.


A.O. DIALLO

Retour Haut

11 Juillet 2008