Partager

La police a arrêté, le jeudi 14 février dernier à Bougouba en Commune I du District de Bamako, Ousmane Traoré. L’homme de 35 ans a violé sa belle-fille mineure.

L’unité de recherche de la Brigade des mœurs a mis les grappins, le jeudi 14 février dernier, sur Ousmane Traoré. La trentaine largement révolue, géomancien de son état, l’homme a violé sa belle-fille de 15 ans (la fille de son épouse née d’une première union). Les faits se sont déroulés il y a environ trois mois, d’après les sources policières.

“Un soir, la victime est allée rendre visite à sa grand-mère hospitalisée. C’est là qu’elle s’est fait rejoindre par son beau-père Ousmane Traoré” explique notre source. Les deux devaient naturellement retourner ensemble à la maison. Mais le beau-père avait tracé son petit plan, sans que sa victime ne doute de rien.

“Sur le chemin de retour à la maison, entre 19h et 20h, Oumane a dévié le trajet et conduit la victime à moto, à un endroit situé à quelques mètres du 3ème pont pour abuser d’elle. Avant de rentrer en famille comme si de rien n’était”, a fait savoir notre source. D’après la victime l’accusé l’a menacé de mort au cas ou elle en parlerait de son forfait à d’autres personnes.

Informée par sa fille, l’épouse du violeur garde le silence. Histoire pour elle de préserver son mariage. Mais quelques mois après, la police est informée par d’autres personnes. C’est ainsi que le Commandant de la Brigade des mœurs Marie Jeanne Sanogo a instruit à ses hommes d’ouvrir une enquête pour établir les faits. L’affaire est confiée au chef BR de la Brigade des mœurs, l’Inspecteur principal Souleymane Niapougui dit le ‘’Requin noir’’. L’homme est reconnu pour ses prouesses et très craint par les délinquants sexuels. Pour rappel, c’est son équipe qui a récemment arrêté les cinq jeunes hommes accusés de viol collectif sur une jeune fille.

A la tête d’une unité composée des Sergents de police, Yacouba Togola, Awa Keïta et Boubacar Fomba, le ‘’Requin noir’’ après avoir collecté les informations nécessaires, a interpellé l’accusé et la victime déclarée. Sans résistance, l’homme a reconnu les faits. Il a été présenté au juge le mardi 20 janvier au tribunal de la Commune III et placé en détention préventive à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako.

Lassina NIANGALY

Cambriolage des pharmacies à Kanadjiguila: Fin de course pour les bandits et leur complice

Les limiers du commissariat de police de Kalabancoro ont procédé à l’arrestation de six (6) bandits et leur receleur, évoluant dans le cambriolage et le braquage à mains armées. Ils sont auteurs de plusieurs cambriolages dont celui de deux pharmacies à Kanadjiguila il y’a quelques semaines.

Après la diffusion de la vidéo du braquage des pharmacies FaranDabo et Laya par des hommes cagoulés à Kanadjiguila, la police vient de mettre la main sur les auteurs. Au nombre de sept (7), ces bandits sont entre les mains des limiers du commissariat de Kalanbancoro.

Selon des sources policières, suite aux enquêtes toujours en cours, il y aurait un lien entre ces bandits et une bande criminelle arrêtée en octobre-novembre 2016 pour braquages à mains armées sur les routes de Nossombougou, Kolokani, Kangaba, Kayes et plusieurs autres localités du Mali par ce même commissariat de Kalabancoro. Une série de perquisitions à leurs domiciles a permis de retrouver des Pistolets Mitrailleurs (PM), des motos, un véhicule Toyota Avensis, des bijoux et une somme d’environ 6 millions FCFA.

Pour le Commissaire adjoint du Commissariat de Kalabancoro, Sadio dit KononTomodo, ces arrestations ont eu lieu grâce à la bonne collaboration d’un citoyen qui les a contactés dans l’anonymat pour donner des informations sur un certain Thiam qui aurait participé à un braquage à Kangaba le 13 octobre 2017. Le nommé Thiam a perdu un œil au cours de cette opération suite à des échanges de tirs. C’est cette information, précise le commissaire adjoint, qui leur a permis d’arrêter le dénommé Thiam. Une fois entre les mains de ses éléments, il a reconnu les faits et cité les noms de ses complices dans les différents cambriolages et braquages qu’ils ont effectués dans la région de Mopti, à Kangaba, à Kouremalé et récemment à Kanadjiguila.

A en croire le commissaire adjoint Sadio dit KononTomodo, ces braqueurs disposaient d’un arsenal de guerre qui était détenu par un des leurs à Baguineda. Après avoir eu écho de cette information, le commissariat de Kalabancoro a mobilisé ses troupes sur les lieux et procédé à l’arrestation de ce dernier. Il avait en sa possession, des pistolets mitrailleurs, des pistolets automatiques etc…

D’après des sources policières, ces bandits planifiaient bien leurs opérations. Un d’entre eux a été arrêté avec une importante somme d’argent : 6.300.000 FCFA qu’ils n’avaient pas encore dilapidé.

Les six (6) cambrioleurs et leur receleur arrêtés par le commissariat de Kalabancorone résidaient pas tous à Bamako selon Sadio dit KononTomodo. Thiam, le cerveau des opérations, résidait à Garantiguibougou. Il serait un ancien détenu qui a bénéficié d’une grâce pour raison de santé après 17 ans d’emprisonnement pour divers crimes. C’est après son rétablissement hors de la prison qu’il a repris ses activités criminelles.
Sadio dit KononTomodo a profité de l’occasion pour inviter les populations à faire plus confiance aux forces de sécurité en dénonçant les cas suspects. Selon lui, la principale force de la police est la collaboration des populations. C’est pourquoi, il a apprécié l’action de la personne qui est à la base de l’arrestation de ce gang qui évoluait dans le cambriolage.

M.D

Tjikan du 23 Février 2018