Partager

A l’instar de la communauté internationale, le Mali a célébré la Journée mondiale des toilettes le 19 novembre dernier. L’édition 2022 a porté sur le thème : « Eaux souterraines et assainissement ». Occasion de mettre en lumière l’impact des matières fécales humaines sur les eaux souterraines.  Le cas de Bamako attire l’attention, puisque depuis des années, la ville est confrontée au problème de gestion des boues de vidange déversées dans des endroits inappropriés.

Bamako produit actuellement 2 000 m3 de boues de vidange par jour, soit 2 millions de litres d’eau usée issue des fosses septiques de la ville. « Depuis l’indépendance, il n’existe à ce jour aucune station de traitement de boues de vidange à Bamako », constate avec amertume Dounatié Dao, président de la Coalition nationale – Campagne internationale pour l’Eau potable et l’Assainissement (CN-CIEPA). Une organisation qui milite pour que le droit d’accès à l’eau potable et l’assainissement soit inscrit dans la nouvelle constitution en cours d’adoption.

Pour la gestion des boues de vidange, Bamako dispose de deux sites. Des sites dits «temporaires » qui sont devenus avec le temps des déversoirs permanents de boues de vidange de toute la capitale malienne. Le principal site de déversement, celui de la zone aéroportuaire, reçoit chaque jour près d’un million de litres de boues de vidange. De la matière fécale, déversée à l’air libre depuis plus d’une décennie, ce qui représente un risque pour la santé publique et l’environnement.

Désastre écologique à Gouana…

« Quand vous transportez de la boue de vidange, c’est comme si vous transportez quelque chose d’interdit », dénonce Lassina Sidibé, chauffeur d’un camion-citerne spiros. Lorsque vous chargez, explique-t-il, les policiers restent à l’affût et vous devez payer à chaque point de contrôle. « Sans nous pourtant, Bamako serait invivable », se félicite le chauffeur qui ignore le calvaire des habitants de Gouana. Un village en contrebas de la zone aéroportuaire qui est submergé, en saison pluvieuse, par les écoulements de boues de vidange.

« Le déversement des boues de vidange a été un désastre », se plaint Bassi Traoré, un sexagénaire qui vit à Gouana. Depuis quelques années, le liquide d’excréments a envahi le champ du planteur. Son verger, jadis baptisé « Sahel Fruits », avec quelque 500 pieds de différentes variétés de mangues, ne produit plus. La boue fécale a acidifié ses terres au point que rien n’y pousse. Comme solution : le vieillard achète de la terre provenant des dépotoirs pour tenter de fertiliser son sol.

« Pour faire ses ablutions à Gouana, il faut acheter l’eau des bornes fontaines », révèle Mamoutou Traoré, l’imam du village. Selon l’imam, l’eau de Gouana est aujourd’hui souillée à cause du site de boues de vidange de la zone aéroportuaire. Avec le chef du village, rapporte l’imam Traoré, nous sommes allés voir les responsables de la décharge pour qu’ils aillent déverser ailleurs. « Ce sont les autorités qui leur ont donné cet espace » nous-ont-ils répondu.

Le sol, les plantes, les cultures, ou encore les eaux ne sont pas les seuls affectés par la pollution liées aux boues de vidange dans le village de Gouana. Au dispensaire du village les cas de dermatoses et de diarrhée sont fréquents ces dernières années. Pour l’agent de santé Mme Sidibé Ramatou Coulibaly la cause de la prolifération de maladies notamment chez les enfants est connue : il s’agit des boues de vidange. Pendant l’hivernage, raconte-t-elle, les enfants jouent dans les eaux stagnantes infestées par les excréments emportés par les eaux de ruissellement.

Des stations de traitement ?

Depuis 2008, la zone aéroportuaire accueille, avec le site de la forêt classée de Tiènfala, les boues de vidanges. Où en sommes-nous avec la construction des stations de traitement promises par plusieurs gouvernements successifs ? « C’est en cours », répond Mme Konaté Ouma Djénéba Mahamane, Directrice générale de l’Agence nationale de gestion des stations d’épuration du Mali (ANGESEM), dont l’agence s’occupe du traitement des eaux usées des usines de Sotuba.

Aux dires de la directrice, les études d’impact environnemental sont toujours en cours. «Elles avaient été suspendues à cause des évènements politiques, mais en ce moment la coopération a repris avec la Banque mondiale qui finance le projet », assure-t-elle. Ce qui a réellement retardé la réalisation des stations de traitement, c’est le problème de site de construction. « On a des titres fonciers, mais chaque fois qu’on veut faire une réalisation, paff ! », indique Mme Konaté Ouma Djénéba Mahamane qui rassure que cette fois sera la bonne.

« C’est le même discours depuis l’indépendance », s’emporte Samou Samaké président des vidangeurs du Mali. Et d’ajouter : « Nous sommes conscients de ce que vivent les populations de Gouana. Mais si nous arrêtons les vidanges comme nous l’avions fait auparavant, c’est tout Bamako qui souffrira ». En attendant une solution définitive, les populations prennent leur mal en patience.

Mamadou TOGOLA

SOURCE : MALIWEB