Partager

Cela est en passe de devenir une tradition.
Ceci est presque devenue une tradition chez nous. En effet, chaque année, en période d’hivernage, l’ambassade du Burkina Faso au Mali, plante des arbres dans notre pays.


Cette année, l’événement revêtait une touche particulière: car, en plus de l’ambassade du Burkina Faso, celle de Côte d’Ivoire dans notre pays y avait été associée.

Samedi dernier, c’est-à-dire le 5 août (date symbolique de l’accession à l’indépendance du Burkina Faso), ce privilège est revenu au village de Sirakoro Dounfing toujours en Commune III.

Le village de Sirakoro Dounfing revêtait toutes les allures d’une grande fête : aux abords de la route menant à Kati, balafons et tam-tam résonnaient, accompagnés de chants et danses de femmes. Les habitants étaient également sortis très nombreux pour l’opération de plantation du Bosquet de la fraternité et de la solidarité.

L’ambassadeur du Burkina Faso, Mohamed Topan Sanné, et son homologue de la Côte d’Ivoire, Aboubacar Sidiki Diabaté, ainsi que le 2è conseiller à la mairie de la Commune III, Moussa Bagayoko, étaient présents.

Ainsi, dans le bosquet situé au bord de la route bitumée, 150 pieds de manguiers et d’eucalyptus ont été plantés. Un pied de manguier pour chacun de nos trois pays a été planté.

Pour l’ambassadeur du « Pays des hommes intègres », le Burkina Faso et le Mali sont tous deux des pays sahéliens.

C’est pourquoi, il faut que la lutte contre la désertification soit au coeur de tous les enjeux.

Pour Mohamed Topan Sanné, la présence de son homologue ivoirien prouve une marque du raffermissement des liens séculaires entre les trois pays.

Quant à l’ambassadeur de la république de Côte d’Ivoire, lui, a fait part de toute sa fierté de pouvoir participer à cette opération de reboisement.

Suite à la plantation des manguiers de l’intégration, les deux diplomates accompagnés de Mr Bagayoko, se sont rendus à la résidence de l’ambassadeur du Burkina Faso, où, un cocktail était organisé.

09 août 2006.