Partager

Bosco Ntaganda et Mohamed al-Hassan. Voilà deux hommes que tout rapproche. En effet, le premier cité, c’est-à-dire Bosco Ntaganda, âgé de 45 ans, est un ex-seigneur de guerre congolais arrêté et transféré à la Cour pénale internationale (CPI) qui l’accuse d’avoir « commandité des meurtres, des viols et des pillages dans le Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC) », il y a de cela 17 ans. Sur les dix-huit accusations de crimes qui pèsent sur lui, on peut, entre autres, citer l’enrôlement d’enfants de moins de 15 ans et les persécutions de toutes sortes. C’est lui que l’on surnomme « Terminator », tant il incarnait la peur et ne reculait devant rien. Quant au second, entendez Mohamed-al-Hassan, il s’agit d’un islamiste malien qui, arrêté en avril 2017, à Bamako, a été transféré à la prison de Scheveningen le 31 mars 2018. Agé de 40 ans, il est poursuivi pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité ». Membre d’Ansar Dine, c’est lui qui dirigeait la police islamique de Tombouctou dont l’objectif était de veiller au strict respect de la charia : interdiction de fumer et de boire de l’alcool, obligation du port intégral du voile pour les femmes, etc.LEPAYS