Partager

Un attentat suicide a visé une caserne de l’armée nigériane et des explosions ont frappé mardi la ville de Kaduna (nord), attaques revendiquées par le groupe islamiste Boko Haram qui a menacé de poursuivre ses opérations tant que tous ses membres ne seraient pas « relâchés ». L’attaque à Kaduna a été menée par un kamikaze habillé en soldat et qui a été la seule personne à avoir été tuée, a indiqué l’armée. Les troupes nigérianes ont ouvert le feu sur lui avant qu’il ait pu atteindre les immeubles situés dans l’enceinte de la caserne, a-t-elle ajouté. Selon un responsable des secours et des habitants, une deuxième explosion a eu lieu près d’un pont. Des habitants ont fait état d’une troisième explosion sur une base de l’armée de l’air proche de la caserne. La semaine dernière, des sources sécuritaires avaient déclaré avoir arrêté Abul Qaqa, mais le groupe avait nié cette information, déclarant qu’en fait les autorités avaient arrêté un autre membre du groupe, Abu Dardaa. Lundi soir, un raid de l’armée contre une cache de Boko Haram a provoqué cinq heures d’affrontements près de Kano qui ont fait huit morts parmi les islamistes, selon un responsable militaire. AFP.