Partager

Depuis le week-end du 8 au 9 janvier 2011, les ménagères maliennes ont du mal à s’approvisionner en bois et charbon de bois. Cette situation découle de l’application de la loi no10028 du 12 juillet 2010 portant gestion de ressources dans le domaine forestier national.

La caractéristique de cette loi est qu’elle met fin à l’utilisation abusive du bois et du charbon de bois. Dans les textes antérieurs de l’exploitation du bois, il était prévu que les exploitations se feront dans 3 types de zones : les zones aménagées, les zones orientées qui sont délimitées mais pas aménagées et les zones incontrôlées.

Cette dernière est illimitée et incontrôlée. Avec l’exploitation abusive des ressources forestières, tous les efforts du Mali dans la protection et la conservation de la nature seront réduits. Afin de stopper la coupe abusive du bois, la nouvelle loi interdit la coupe du bois dans les incontrôlées.

Pour permettre à la population d’avoir du combustible, les commerçants fournisseurs ont été redirigés vers les marchés ruraux dans un rayon de 200 km dont les cercles de Kati, Kita, Kolokani, Bougouni, Barouéli, Dioïla, Koulikoro. Ces marchés sont approvisionnés par les zones aménagées qui sont elles aussi des zones qui possèdent des plans d’aménagement et de gestion des ressources.

Certains commerçants ont accepté de s’approvisionner dans ces marchés. D’autres ont opté pour le trafic illégal du combustible. Une fois appréhendés, leurs marchandises sont confiées à un juge qui, sur ordonnance judiciaire, permet à un huissier de les vendre aux enchères.

L’exploitation du bois n’est pas à proprement parler interdite. Elle nécessite dorénavant un permis délivré dans toutes les représentations des eaux et forêts. Pour éviter la pénurie, les commerçants devront se plier aux lois du pays.

Aminata A. Lah

(stagiaire)

13 Janvier 2011.