Partager

Bnda-Afp1.jpg

Cette démarche participe d’un partenariat liant les deux institutions.
Depuis sa création, la BNDA a, en effet, reçu un appui continu et multiforme de l’AFD, notamment à travers une assistance technique et le financement des plans de développement successifs, à travers des lignes de financement.

C’est encore dans ce cadre que les deux structures ont signé lundi deux conventions de financement pour un montant total de 9,68 millions d’euros (plus de 6 milliards Fcfa).

Le directeur de l’AFD, Hervé Bougault, et le président directeur général de la BNDA, Moussa Alassane Diallo, ont signé les documents sous les yeux de l’ambassadeur de France dans notre pays, Michel Reveyrand De-Menthon.

La première convention ouvre une ligne de crédit de près de 4 milliards Fcfa. Elle est destinée pour l’essentiel à fournir à la banque les ressources nécessaires au financement des investissements des petites et moyennes entreprises.

La seconde convention d’un montant de plus de 2 milliards de Fcfa, est une subvention pour le financement du programme d’assistance technique, le renforcement des capacités bancaires de la BNDA et la mise en œuvre d’un programme de micro finance, principalement en accompagnement du réseau des caisses villageoises d’épargne et de crédit autogérés, intervenant en milieu rural.

L’AFD entend, par cette opération, conforter son engagement dans le développement des secteurs productifs au Mali et confirmer le développement du secteur rural comme axe essentiel de la coopération française conformément aux orientations des pouvoirs publics de notre pays et de la stratégie de réduction de la pauvreté.

Évoquant le partenariat entre sa structure et l’Agence française de développement, Moussa Alassane Diallo a rappelé qu’à la création de la BNDA en 1981, la Caisse centrale de coopération économique (CCCE), ensuite Caisse française de développement (CFD) et aujourd’hui Agence française de développement (AFD) faisait déjà partie des actionnaires ayant souscrit au capital initial de la banque.

Premier partenaire financier du monde rural.

Moussa Alassane Diallo a également rappelé que les premiers directeurs généraux de la BNDA ont été des cadres détachés de la coopération française, particulièrement de l’AFD.

Le partenariat entre la BNDA et l’AFD est, de son point de vue, à la fois institutionnel, technique et financier. Il a survécu à l’épreuve du temps et s’est inscrit dans la vocation des deux institutions de faire du financement du développement un facteur de croissance de lutte contre la pauvreté, a indiqué le patron de la banque verte. « Voilà un bel exemple de coopération.

C’est pourquoi, il me plaît de saluer tous mes prédécesseurs qui ont contribué fortement à la construction et à la consolidation de ce partenariat BNDA-AFD« , s’est réjoui le Moussa Alassane Diallo.

La BNDA entend demeurer le premier partenaire financier du monde rural, assure son PDG. L’institution poursuivra ainsi le financement du développement rural à travers des crédits à court terme aux producteurs pour financer la campagne agricole (engrais, couverture des besoins de trésorerie, commercialisation et stockage des produits agricoles, embouche bovine et ovine, aliment bétail, équipements de pêche etc.).

Les crédits à moyen terme concerneront l’équipement du monde rural en moyens de production, de culture attelée, de motorisation intermédiaire, d’équipements de post production (batteuses, moulins, bascules), l’hydraulique villageoise, l’équipement des forges, le matériel de pêche, l’amélioration de l’habitat, des moyens de locomotion etc. En outre, deux orientations majeures sont mises en œuvre dans le PMT 2006-2010 au plan du marché rural.

Il s’agit du financement des aménagements en zone Office du Niger au profit des organisations paysannes et des promoteurs privés, des périmètres irrigués villageois pour une sécurité alimentaire stabilisée et durable. Et celui de l’électrification rurale en collaboration avec l’Amader. « Les sous-secteurs de l’élevage et de la pêche feront l’objet d’une attention particulière« , a assuré Moussa Alassane Diallo.

Pour Hervé Bougault, la signature de ces conventions est une étape très importante dans la vie commune des deux structures et une marque de confiance dans la collaboration. Cette signature de convention intervient à un moment où le Mali traverse une situation alimentaire difficile.

Elle appuiera quelque part l’assurance de la sécurité alimentaire à travers l’assistance au monde rural, a souhaité le directeur de l’AFD.
L’ambassadeur de France a souligné le rôle essentiel que joue la BNDA dans le développement agricole.

Michel Reveyrand De Menthon, a assuré la BNDA de l’assistance de l’AFD. Après avoir insisté sur l’importance de l’événement, le diplomate français a salué un partenariat qui consolide la coopération entre le Mali et la France.


Mh. TRAORÉ

28 Mai 2008