Partager

Les résultats du baccalauréat de la session de juin 2007 sont bloqués par les enseignants du secondaire. Les négociations restées au point mort depuis, les autorités tentent de trouver un compromis afin qu’il y ait un dénouement permettant de publier les résultats du baccalauréat.

Rappelons que les examens du baccalauréat 2007 se sont déroulés les 4, 5 et 6 juin derniers. La correction a débuté la semaine qui a suivi. Ainsi, avant le début des examens, les syndicats d’enseignants du secondaire avaient formulé des revendications.

LA LUTTE DU SYPCES ET DU SYNTES

La Fédération de l’Education Nationale (FEN), le Syndicat National des Travailleurs de l’Enseignement Secondaire (SYNTES) et le Syndicat des Professeurs Contractuels de l’Enseignement Secondaire (SYPCES) étaient au départ les syndicats concernés. La FEN a pu obtenir satisfaction quelque part avec l’augmentation des primes de surveillance de 2000 F CFA par jour à 3 600 F CFA et des primes de correction par copie d’examen de 400 F à 460 F. A cet effet, la lutte actuelle est menée par deux syndicats d’enseignants que sont le SYNTES et le SYPCES.

LA POMME DE DISCORDE

Le gouvernement a eu plusieurs contacts avec les syndicats ci-dessus cités au sein du ministère de l’Education Nationale sous l’égide des représentants de la société civile. Les revendications du SYPCES : En janvier dernier, le Syndicat des Professeurs Contractuels de l’Enseignement Secondaire avait entamé des négociations avec le gouvernement sans pourtant trouver de solution.

Plusieurs points de revendications étaient à l’ordre du jour. Mais 3 seulement restent jusqu’ici insatisfaits. Il s’agit de :

1- le paiement sans délai avec rappel de la deuxième tranche des primes de hiérarchisation et le rappel des primes de hiéarchisation de la période allant de juillet à décembre 2004.

Signalons que ces primes sont payées sauf pour 2005 concernant les ayant fait fonction à Bamako. Le crédit est déjà acquis (50 millions) et le paiement n’est qu’une question de jours, nous a confié une source proche du ministère de l’Education Nationale.

2- la levée des obstacles juridiques (promotion, formation, etc…). Suite à cette revendication, le regroupement a promis la création d’une commission à laquelle les syndicats vont prendre part et qui sera chargée de la relecture des textes. Le SYPCES a donné son aval, mais demande des dispositions transitoires en attendant la relecture.

Le gouvernement a indiqué qu’il ne peut donner une garantie. Mais, la commission en question n’est pas encore mise en place. C’est d’ailleurs ce point qui demeure le blocage car, ce que beaucoup ignorent, c’est que cette revendication est en cours depuis janvier 2004.

3. l’octroi de l’incidence financière de l’augmentation de la valeur indiciaire sur les salaires des professeurs contractuels de l’enseignement secondaire. Sur ce point, il n’y a aucun accord.

Le SYPCES et le SYNTES constituent les syndicats d’enseignants concernés par cette prise d’otage des résultats du bac 2007.

LES REVENDICATIONS DU SYNTES

Il s’agit de l’augmentation des primes de surveillance à 10 000 F CFA et de correction à environ 500 F par copie, l’octroi des primes de logement, l’octroi des deux échelons aux contractuels admis au concours en 2001 entre autres. Il n’y a eu aucun compromis pour le moment.

C’est compte tenu de cette situation que les professeurs ont retenu les moyennes de classes des bâcheliers. Toute chose qui a bloqué les résultats du bac car, les moyennes de classe et d’examens sont additionnées pour donner les moyennes d’admission.

C’est dire que la rencontre d’aujourd’hui entre le Premier ministre et les syndicats d’enseignants est très attendue tant par les parents d’élèves, les candidats au bac que par les structures de l’éducation.

B.S

17 juillet 2007.