Partager


Depuis un certain temps, on assiste à la recrudescence de l’insécurité dans le District de Bamako. Hamdallaye ACI, malgré l’implantation d’un nouveau commissariat, n’échappe pas à ce phénomène.


jpg_images-6.jpg Dans un passé très récent
, il y a eu la découverte de cadavres et, pas plus tard que dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 mars, Alaa Aly, un Syrien en visite dans notre capitale a été agressé alors qu’il se promenait nuitamment à Hamdallaye ACI.

C’est aux environ de 2 heures 30 minutes quand ALaa Aly, qui revenait d’une petite promenade, s’était arrêté au bord de la route pour téléphoner. Très soudainement, il fut abordé par un groupe de quatre jeunes roulant sur deux motos Jakarta.

Après, tout se passa très vite car il fut encerclé par les quatre malfrats qui tentèrent de le fouiller. Mais le Syrien leur opposa une sérieuse résistance. Les vigiles du coin, dans un premiers temps, restèrent passifs croyant que c’était une bagarre entre amis.

Le Syrien étant plus coriace qu’ils ne le pensaient, l’un des malfrats n’hésita pas à faire usage de son arme. C’est ainsi qu’il tira à bout portant sur le Syrien qui, touché à la cuisse gauche, s’écroula. C’est le coup de feu qui ramena les vigiles à la réalité. Ceux-ci volèrent alors au secours de la victime. Les malfrats enfourchèrent leurs montures et disparurent dans la nuit emportant avec eux le portable et les lunettes du Syrien.

Une fois alertée, le 14e arrondissement dépêcha sa brigade de recherches sur les lieux. Celle-ci multiplia les patrouilles, mais sans résultat. Entre temps, la Protection civile conduisit le blessé à l’hôpital Gabriel Touré.

Heureusement, il y avait eu plus de peur que de mal. Car, le coup de feu tiré avec une arme de fabrication artisanale avait tout juste éraflé la cuisse du Syrien.

Le Commissaire principal de police Célestine Dombwa avait aussitôt ouvert une enquête et demandé à ses éléments de faire tout pour retrouver les auteurs de cette agression.


Pierre Fo’o Medjo

L’Indépendant du 01 Avril 2009