Partager


Le colloque international sur la gestion des ressources génétiques en zone de savane d’Afrique de l’Ouest c’est ouvert le mardi 15 mai 2OO7 au CRES de Badalabougou et prendra fin le vendredi prochain. L’objectif d’une telle rencontre est d’augmenter la productivité des céréales ouest-africaines, en l’occurrence le sorgho sans porter préjudice à la biodiversité agricole tant souhaitée par les agriculteurs africains.

La cérémonie d’ouverture a enregistré la participation de nombreux représentants de structures techniques, des partenaires au développement et d’un comité scientifique dont les activités sont centrées sur le développement rural. Le Dr. Didier Bazile était le président du comité d’organisation, tandis que Bino Témé, Directeur général de l’IER, officiait les travaux.

Cette rencontre a été conjointement organisée par le Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), l’Institut International de Recherche sur les Cultures en Zones Tropicales Semi-Arides (ICRISAT), l’Institut d’Economie Rurale (IER) et l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA) en collaboration avec l’Association des Organisations Paysannes Professionnelles du Mali (AOPP-Mali).

LES ENJEUX ET LA PROBLEMATIQUE DE LA RENCONTRE

Le sorgho est la 5ème céréale cultivée au monde. Au Burkina Faso et au Mali, il représente respectivement en moyenne environ la moitié et le tiers des céréales produites. C’est une céréale possédant de nombreux atouts, en particulier la souplesse, la rusticité et les usages multiples dans les diverses agricultures paysannes de ces pays. Le Burkina Faso et le Mali sont au coeur de l’un des centres de diversité génétique de cette espèce et les variétés locales cultivées sont adaptées aux multiples conditions écologiques rencontrées. L’accroissement de la population exige un accroissement de leur productivité.

Sur ces constats, les projets ont construit de nouveaux modes de partenariat pour une recherche finalisée sur les enjeux de développement des pays du Sud pour satisfaire à la fois à une demande alimentaire qui se développe et enrayer l’érosion génétique considérée comme un facteur d’adaptation aux changements climatiques, économiques et sociaux. Au-delà de l’interdisciplinarité (génétiticiens, sélectionneurs, agro-écologues agronomes, sociologues, géographes, etc).

Pour répondre à la multiplicité des enjeux, la recherche a fait le choix de donner un rôle plus important aux agriculteurs et aux organisations paysannes, pour mieux mobiliser leurs capacités de sélection et valoriser les variétés locales permettant de contribuer au maintien de la diversité génétique.

LES OBJECTIFS DE LA RENCONTRE

L’un des objectifs majeurs de ce colloque est de faire en sorte qu’il marque une étape nouvelle dans les recherches en cours sur l’agrobiodiversité en Afrique de l’Ouest. Dans ce sens, il sera question des principaux enseignements du colloque “gestion des ressources génétiques des plantes en Afrique des savanes” tenu à Bamako en février 1997.

La nécessité de conserver la diversité biologique pourra désormais être acquise sur les lieux de culture. Ainsi, à la lumière des conclusions du forum 1997 de Bamako, il apparaît la nécessité des avoirs locaux, d’une conservation dynamique des ressources génétiques impliquant la participation des communautés locales à travers de nouveaux modes d’intervention.

LA STRUCTURATION ET LES THEMES DU COLLOQUE

Durant les quatre jours du colloque, les participants auront du pain sur la planche car, trois thématiques principales seront abordées qui sont entre autres: la connaissance de la diversité biologique du gène à l’agroécosystème, la création variétale décentralisée à base de germeplasme local et sélection participative, la diffusion et réseaux semenciers.

Ces thématiques seront articulées avec des tables rondes organisées à chaque fin de journée pour débattre sur les formes de partenariat que la recherche doit construire avec l’ensemble des acteurs concernés par la conservation des ressources phytogénétiques en agriculture.

Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

17 mai 2007.