Partager


La FEMAFOOT a visiblement choisi de vider ses anciens stocks de billets lors des rencontres du championnat national. Certains supporters commencent à se rebeller contre cette pratique mafieuse.

Depuis quelque mois, il n’y a plus aucun ticket confectionné expressément par la fédération malienne de football pour les rencontres du championnat national. Cela s’explique, selon les responsables fédéraux par un manque de ressources financières indispensables. Aux dires de Konimba Maïga, le comptable de la fédération malienne de football, il a été décidé de remettre les anciens billets « ré sécurisés » en circulation pour faire face aux charges communes des rencontres de championnat.

A l’en croire, celles-ci ne drainent plus les recettes adéquates pour contenir les charges engagées. C’est pourquoi, les structures concernées, commission d’organisation, commission des finances, commission sécurité, secrétariat général, trésorerie et stades de compétitions ont cru bon de vider les anciens stocks de billets.

Résultat : les rencontres de championnat national sont plutôt régies par des tickets périmés. Pour avoir accès à un match de football, le supporter bourse pour acheter les tickets des matches notamment de la CAN Mali 2002. On rencontre fréquemment les tickets des matches Zambie/Sénégal et Sénégal/Cameroun de la grande de la CAN 2002. Ou même souvent ce sont des tickets des anciennes rencontres internationales qui sont mis en vente.

Selon toute vraisemblance, la pratique a duré et les supporters ont murmuré leurs interrogations jusqu’à une date récente. L’un d’entre eux, visiblement dépités, nous confie : « Nous payons nos tickets pour que le trésor public en profite, mais je ne comprends pas pourquoi, on nous vend des tickets qui ne peuvent même pas être contrôlés ».

A l’observation, il est loisible de comprendre que le système actuel de stocks périmés laisse la porte ouverte à toutes sortes de magouilles. D’un côté, les réseaux parallèles de confection peuvent s’en donner à cœur joie, et d’autre part, Mali foot se donne les moyens de gérer sereinement les tickets. Elle se réserve certainement les moyens de calculs pour définir les parts du département, des stades et des différentes équipes. Mais, en vérité ceux ci n’ont aucun moyen de contrôle, car le stock n’est jamais maîtrisé.

Dans la pratique, 10% des recettes des rencontres vont au Trésor public, autant aux stades, et le reste est réparti à part égale entre la fédération et la ligue de Bamako. C’est cette dernière qui détermine en fin d’année la part revenant aux clubs.

Mais, affirmant que ces anciens billets mis en circulation sont, auparavant, biens stockés et sécurisés dans les magasins appropriés, notre interlocuteur soutient que le système actuel est bien un meilleur moyen de contrer les réseaux de faussaires, car personne ne sait à l’avance quels tickets seront mis en circulation. Cet argumentaire résiste difficilement à l’analyse d’autant que les responsables fédéraux admettent volontiers que la mise en vente des billets périmés s’explique surtout par un manque de moyens financiers.

La question est maintenant de savoir jusqu’à quand Mali foot va continuer à brouiller ses partenaires dans cette pratique mal propre. Les consommateurs qui se montrent de plus en plus soucieux du sort réservé à l’argent public vont-ils laisser la pratique courir. Le temps nous édifiera.

S Diallo

19 Mars 2009