Partager

Remaniement. Le remaniement annoncé depuis des lustres et toujours reporté constitue aujourd’hui le sujet favori de toutes les conversations de « grin »et de toutes les analyses des officines politiques. Ce remaniement, tant attendu, devenu presqu’une affaire d’État, en tous cas un principe de gouvernement, n’aura pourtant pas lieu. Il n’aura pas lieu parce que son temps est passé, parce que quel que soit ce qui en sortira, du fait d’avoir raté le « momentum », il ne produira qu’un effet mitigé sur la marche du pays. Mais le pays compte t-il vraiment ? Ce qui va avoir lieu c’est un petit arrangement politique qui du fait de tenir compte de tant d’intérêts divergents se fera au détriment du Mali. Il faut contenter tout le monde, remercier tout le monde, assurer ses arrières, influer le jeu aujourd’hui et demain…

Le pays compte t-il vraiment ? Il est permis d’en douter. A preuve au sortir du mandat en cours tout le monde espère enfin que ce sera son tour et pour cela garde le silence sur ce tout ce qu’il aurait pu dire au nom de Maliba, pensant qu’on lui fera la courte échelle le temps venu, en retour. Même ceux dont le devoir est d’être la bouche de ceux qui n’en ont pas ne veulent prendre aucun risque pour ne pas entamer leurs chances, et risquer de ne pas bénéficier de l’accompagnement nécessaire. Sinon tout le monde sait que le pays est à l’arrêt. Les ministres, comme les autres, tout le monde attend, attendre quoi ? Chacun surveille son voisin, tend l’oreille, hume le sens du vent. Ce remaniement c’est l’outil de travail (un gouvernement) qui prend la place du travail (les dossiers plus que brûlants du pays à gérer).

En attendant et pour ne pas se laisser surprendre ceux qui sont au poste se constituent de véritables trésors de guerre d’où la prolifération des malversations dans presque tous les départements ministériels, comme en fait état chaque jour la presse. Il y a aussi ceux qui pensent que le temps est venu pour eux de dépecer la bête. Mais Maliba leur fera rendre gorge à eux tous, C’est une promesse, c’est une certitude.

S.El Moctar Kounta

13 Janvier 2011.