Partager


Vingt-quatre heures après des combats entre des forces de l’ordre fidèles au Comité National de Redressement de la Démocratie et la Restauration de l’État (CNRDRE) et des bérets rouges proches de l’ancien président Amadou Toumani, les premiers bilans font état d’au moins dix (10) morts dont quatre (4) civiles et 34 blessés.

C’est en tout cas ce que révèle une source sécuritaire jointe par nos soins à l’hôpital Gabriel Touré. « Ce matin trois blessés, tous militaires, ont été admis aux urgences de l’hôpital » nous a-t-il appris à 13 h ce mardi. Ce chiffre porte donc à trente-quatre (34), le nombre de personnes blessées au cours des derniers affrontements qui ont opposés les deux groupes de militaires dans la nuit du 30 avril au 1er mai 2012.

Les victimes de ces affrontements ont été préalablement acheminées à l’hôpital Gabriel Touré avant d’être évacuées, pour certaines, vers l’hôpital de Kati. Hier soir, au moins trente-un (31) militaires blessés sont arrivés dans ce centre hospitalier. Parmi eux, un blessé aurait été évacué à l’hôpital du Mali situé en commune VI du district de Bamako afin de « recevoir des soins répondant à son mal ». Hormis les trois blessés de ce matin, tous les autres ont été victimes des combats pour le contrôle de l’Office des Radio et Télévision du Mali (ORTM).

Au-delà des blessés, notre source affirme que « six militaires et quatre civils ont trouvé la mort hier soir». Les corps d’origine des victimes n’ont pas été précisés et l’identification des civils morts était toujours en cours.
Parmi les six militaires figurent un policier de garde de l’hôtel de l’Amitié. Les quatre civils ont été atteints par des balles perdues, a-t-il expliqué.

Rappelons cependant le bilan livré par RFI aux alentours de 18h TU : 14 morts et 40 blessés.

Seydou Coulibaly

AFRIBONE

mardi 1er Mai 2012