Partager

C’est à la suite d’une conférence de presse tenue hier mardi 24 septembre 2008 au Centre National de la Cinématographie Malienne (CNCM) que les réalisateurs d’un film sur l’histoire de Da Monzon Diarra de Ségou ont lancé un appel pressant à tous les acteurs qui souhaiteraient y participer. Ils ont besoin de 500 000 acteurs volontaires pour la réalisation de ce film historique dont les travaux proprement dits débuteront en fin d’octobre prochain.

Il s’agit des acteurs notamment plusieurs femmes et hommes, de l’armée, de la protection civile, du service de section sociale, des Bozo, des pirogues, des chevaux…Il s’agissait du réalisateur principal de ce film sur l’histoire de Da Monzon est M. Sidi Diabaté, cinéaste malien de renommée incommensurable accompagné d’autres réalisateurs professionnels de notre pays. Lors de cette conférence de presse, les réalisateurs étaient assistés par le Directeur Adjoint du CNCM Léopold Emmanuel Togo.

L’objectif

Après les mots introductifs prononcés par le Directeur Adjoint, le principal réalisateur a donné l’objectif essentiel de cette conférence de presse. Il s’agit de l’état des préparatifs de ce film long métrage sur l’histoire de Da Monzon Diarra, des conditions de sa préparation et des aspects de la production du film.

En effet, depuis des années déjà, le CNCM s’est engagé dans un vaste programme de visite de l’histoire malienne. C’est dans ce cadre que le film sur l’histoire de Faama Da appelé Da Monzon Diarra a été initié par le centre. Ayant accédé au trône vers 1808 à l’âge de 30 ans, Da Monzon est le troisième roi de la Dynastie des Jara, celle fondée par son grand père N’Golo Jara.

Notre histoire est à cheval entre le concept scientifique, l’épopée et la légende. Pour vivifier donc l’histoire de notre pays, il fallait imaginer un tel programme visant à revaloriser notre histoire. L’histoire doit nourrir, mais au Mali, les gens se nourrissent de l’histoire, a martelé M. Sidi Diabaté.


L’histoire du scénario

A travers ce film, les réalisateurs veulent camper l’histoire de Ségou à cette période de 19ème siècle où la conquête coloniale se faisait entendre. C’est-à-dire l’ère de flottement de nos grands empires. Parmi tous ces empires et royaumes, c’est celui de Ségou qui semble plus attractif, car c’était le moment où cet empire a connu son apogée.

Ce film va montrer toute la force et la baraka de ce royaume passionnant durant les 19 ans de règne de Da, compilé en 90 minutes. Ainsi depuis le mois de mai, le scénario est déjà bouclé avec la mise en place de l’équipe de la réalisation par le CNCM. Par ailleurs, le résultat de ses acquis est le fruit d’un ensemble d’efforts combinés, a informé le réalisateur.

Le lieu de tournage est principalement Ségou: Sékou-Koro, Ségou-Bougou, Ségou-Koura et les quartiers riverains. Ce qui fera la particularité de ce film, le plus beau, c’est la participation de toutes les personnes de bonne volonté pour rendre le film compétitif. Le problème dont les réalisateurs sont confrontés, c’est celui d’acteurs.

C’est pourquoi cette conférence était l’occasion de lancer l’appel à tous les acteurs désireux de participer au “casting” notamment la distribution de rôles en tenant compte de la corrélation avec les caractéristiques des personnes répétées dans ce film. C’est pour réhausser l’éclat par le biais de la fiction.


Le budget prévisionnel du film

En répondant aux différentes questions posées par les journalistes, le réalisateur a fait savoir que le budget prévisionnel est de 301 012 800 F entièrement financé par l’Etat à travers le CNCM. Ils ont en fait un mois pour mettre en place tous le dispositif nécessaire à la réalisation de ce film qui sera interprété en Bamanan.

Le film proprement dit est pour une durée de huit semaines. Parmi les 500 000 acteurs de ce film, il y a un besoin de 750 à 1 000 cavaliers sans compter les fantassins. Actuellement, une deuxième équipe de recensement des personnes dirigée par le Directeur de Merouba de Ségou est dans la 4ème région.


Hady BARRY

25 Septembre 2008