Partager

horejs2.jpgMardi, la signature d’une convention sur l’émigration entre le Mali et l’Union Européenne (UE) a eu lieu au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Les documents ont été paraphés côté malien par le ministre de tutelle Moctar Ouane, et côté UE par le chef de la Délégation de la Commission de l’Union dans notre pays, Mme Irène Horejs.

Les deux parties entendent collaborer étroitement en ce sens.

D’un montant de 6,56 milliards Fcfa, le financement est destiné à la création d’un Centre d’information et de gestion des migrants (CIGEM). Le décaissement de la tranche fixe d’appui budgétaire 2007 d’un montant d’environ 3,77 milliards de Fcfa, vient en complément du versement, en mai dernier, de la tranche variable de 7,4 milliards de Fcfa, portant ainsi l’assistance de l’UE dans ce domaine à 11,17 milliards de Fcfa.

Centre d’information et d’orientation, le CIGEM va servir de tribune à la diaspora malienne installée en Europe.

L’histoire de cette convention remonte à une visite conjointe du Commissaire européen au développement, Louis Michel, du ministre français alors en charge de la coopération, Mme Brigitte Girardin et des représentants de l’Espagne et de la CEDEAO en février dernier à Bamako.

Durant cette visite, les parties avaient, à travers une déclaration conjointe, évoqué la nécessité de créer cette structure conçue comme un centre d’information et de gestion des migrants.

Pour Mme Irène Horejs, la signature de la convention est un acte concret dans la coopération entre Maliens et Européens dans le domaine des migrations internationales ; un phénomène qui, selon les termes de la Déclaration de Bamako, doit faire l’objet « d’une approche globale de la problématique migratoire, dans un esprit de partenariat orienté vers l’intérêt mutuel« .

Puis, le ministère des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine se chargea de l’étude de faisabilité du centre, afin de définir les prérogatives du centre, dont la maîtrise d’oeuvre sera assurée par ce département.

Les principales missions du CIGEM: Informer sur le cadre juridique de la migration, prévenir l’émigration clandestine, accueillir, orienter et accompagner les candidats à l’émigration et les émigrés de retour au pays …. , le lien entre migrations et développement a été mis en exergue.

Le CIGEM mettra également en avant : La valorisation du capital humain, financier et technique de la diaspora malienne et l’amélioration des connaissances sur les phénomènes migratoires font partie des prérogatives du centre.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, tout en saluant l’aboutissement de ce projet, fruit d’une année de bonnes et fructueuses négociations, a estimé que ce projet est la manifestation concrète du soutien de la Commission européenne aux efforts du gouvernement dans la définition et la mise en oeuvre d’une politique d’émigration adaptée aux dynamiques nationales, régionales et internationales, mettant l’accent sur le lien entre migrations et développement.

L’aboutissement de ce dossier traduit la qualité du dialogue politique entre le Mali et l’Union européenne concernant la mise en oeuvre et l’évaluation du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP). Il aidera à la poursuite du programme de réforme économique et du programme de réforme des finances publiques de notre pays, a indiqué Moctar Ouane.

Ce dialogue sera renforcé dans la perspective du démarrage prochain du 10è FED et de la mise en oeuvre du Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (CSCP), a assuré le ministre Ouane qui a rappelé la priorité que le gouvernement accorde à l’amélioration continue des indicateurs dans les secteurs sociaux (santé et éducation surtout), à l’entretien routier et à la gestion des finances publiques afin de créer des activités génératrices de revenus et des emplois en faveur des couches les plus vulnérables.

De même, une attention soutenue sera accordée à la réforme du secteur coton, à la mobilisation des recettes fiscales et à l’amélioration de l’environnement des affaires, a affirmé le chef de la diplomatie malienne.

Promesse a été faite par le ministre Ouane, que le gouvernement prendra toutes les dispositions utiles afin que le CIGEM puisse être opérationnel le plus tôt possible et dans les meilleures conditions.

Par finir, le ministre Ouane a rendu hommage au chef de la Délégation de la Commission de l’Union européenne en fin de mission dans notre pays.

24 octobre 2007.