Partager

Tout est fin prêt pour que Kayes pour la première fois abrite les festivités de la Biennale artistique et culturelle. Pour cette édition, Kayes propose plusieurs innovations de taille.

C’est dans un stade Abdoulaye Makoro Sissoko pris d’assaut par un public sorti en très grand nombre que le ministre de la Jeunesse des Sports, Hamane Niang, assurant l’intérim de son homologue de la Culture, a procédé vendredi soir au lancement de la Biennale 2008, qui se tiendra du 20 au 30 décembre prochains.

Pour la circonstance, Hamane Niang était accompagné par le gouverneur, le colonel Mahamadou Maïga, président de la Commission d’organisation de la Biennale, des députés, des autorités administratifs et municipales, le président de la Coordination des associations de Kayes. A travers le lancement de la Biennale, il s’agissait de définir certaines règles de sa mise en œuvre et de galvaniser les régions pour une compétition saine avec des produits culturels mieux élaborés.

Pour cette biennale kayésienne, plusieurs innovations sont prévues. C’est la dissolution de la Commission nationale d’organisation au profit de celle régionale qui, a pour mission de réussir l’organisation de l’événement. « Chose qui veut dire qu’il y a une véritable autonomie dans la gestion des fonds et autres », a dit Kardigué Laico Traoré, point focal du département de la Culture. Selon certaines sources, c’est la première fois que les autorités acceptent de confier l’organisation d’un tel événement à une région.

L’autre spécificité c’est que Kayes s’est engagée dans une Biennale de développement qui prend en compte les aspects économique et environnemental de la manifestation. Pour cette édition, contrairement aux années précédentes, a dit Kardigué Laico Traoré, il est prévu une cérémonie totalement différente qui va rompre d’avec les anciennes méthodes.


Mobilisation des enfants de la région

La Biennale perçue comme le symbole de notre unité nationale, est un défi que tous les fils et filles de la région ont promis de relever. Conscient de l’énorme tâche qui les attend, la région et la diaspora n’ont ménagé aucun effort pour être à la hauteur de l’ambition en plaçant l’édition sous le signe d’un objectif de développement pour la région avec un double défi à savoir : réussir son organisation et se classer première dans la compétition.

Depuis, le sursaut d’orgueil du Kayésien s’est matérialisé en donation financière, matérielle venant de partout à travers le monde. Vendredi, au cours de la cérémonie de lancement, le président de la Coordination des associations kayésiennes a mis la main à la poche. Au nom de ses camarades, il a remis la somme de 2 millions F CFA en promettant d’autres contributions dans les jours à venir. Il a aussi promis à Bamako l’organisation d’un concert géant le 22 novembre prochain où les fonds récoltés seront mis à la disposition de la Biennale.

Le représentant des députés de la région, M. Thiam, qui ne pouvait rester indifférent au cri de cœur de ses frères, a dit que « la Biennale est un défi à relever par les fils du pays » avant de remettre la somme de 3 150 000 F CFA en guise de contribution. Il a promis que « Kayes battra le record de l’organisation ».

Les artistes : Habib Koité, Koko Dembelé, Baba Salah, Ousmane Sacko, Diaba Kanouté, Oumou Sacko, Djénéba Seck, Crazy Boys, Warrios ont émerveillé le ministre Niang et les nombreux invités.


Les infrastructures au point

Le ministre des Sports et le gouverneur, le colonel Mahamadou Maiga ont visité des infrastructures devant abriter les activités de la Biennale. C’est ainsi que la nouvelle salle Massa Makan Diabaté de 1000 places offerts par ATT pour une valeur de 250 millions, la galerie d’exposition des produits artisanaux de la région (40 millions) ont été visitées. Si pour la première, les travaux sont exécutés à hauteur de 95 %, la seconde est à 53 %, selon le représentant de l’architecte.

Les deux autorités ont instruit aux entreprises de diligenter la fin des travaux. Après, cap a été mis au rond-point « Bougie » pour l’inauguration des panneaux de la Biennale au quartier Liberté. Auparavant, MM. Niang et Maïga avaient rendu une visite au concepteur de la mascotte, Coumaré et son équipe qui s’activent à mettre les dernières retouches sur les 3 mascottes.

Amadou Sidibé

(envoyé spécial)

27 Octobre 2008